La boîte à Sardine

Goupillières, le 16 janvier, Chère Tantine, Que de morts après les fêtes ! David Bowie, après Delpech, Galabru, Courrège, Boulez ! Boulez, je ne le pleure pas : ce subventionné méprisait la musique d’Erik Satie. Quant à Bowie, Le Parisien en a parlé de façon définitive : « Son art est à la fois cérébral et sexuel, morbide et vital, déprimant et […]

Présent

Pour poursuivre la lecture :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.