Souvenirs qui passent

Adieu l’école et l’atelier, les feux à la veillée. On ne rappellera jamais assez les profonds bouleversements qu’ont connus nos provinces enracinées et traditionnelles que la modernité allait emporter. Cette France disparue, de pâturage et de labeur, confrontée à l’industrialisation et son corollaire, l’individualisme, cette France saignée par la guerre de 1914 et qui n’y survivrait […]

Présent

Pour poursuivre la lecture :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.