A l’ombre de mon clocher

Entre sexisme et démagogie, sale quart d’heure pour les femmes Au moment des viols collectifs de Cologne perpétrés par des migrants et des immigrés maghrébins, elles avaient fait grève. Grève de pétition, de lettre ouverte, de parole. Bref, elles étaient restées sous la couette. Elles ? 17 femmes politiques ou assimilées – au nombre desquelles on trouve […]

Francoise Monestier

Pour poursuivre la lecture :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.