Nice : l’inéluctable carnage

De notre correspondant à Nice – « Plusieurs morts », puis « quelques dizaines de morts » (Estrosi) et enfin 85 morts et d’innombrables blessés dont certains dans un état critique. « L’attentat du pauvre » commis par un islamiste franco-tunisien lançant à pleine vitesse son semi-remorque deux kilomètres durant sur la promenade des Anglais aura provoqué le carnage le plus meurtrier […]

Présent

Pour poursuivre la lecture :


2 commentaires sur “Nice : l’inéluctable carnage

  1. NICE : Une vidéo, rapidement présentée sur les chaines TV nous montre un motard poursuivant le camion, cherchant à l’intercepter avant de chuter. Sur la même vidéo on distingue deux piétons dont l’un semble être un policier cherchant à rattraper au sprint le camion. Les Américains auraient désigné ces types comme des héros. Les autorités françaises n’en parlent même pas, elles préfèrent décorer des permissionnaires anglo-américains qui mettent de l’ordre dans nos trains. Les flics qui ont descendu le chauffeur du camion ont, eux aussi eu le courage de tirer alors que l’on félicite et décore ceux qui ne font pas usage de leurs armes de service. On aimerait voir des interviews de ces types courageux et les voir récompensés.
    Enfin, on sait quand même que Savaya Khal Fallah, Fatima Charrihi, Bilal Labaoui et Mohamed Toukabri font partie des victimes.
    Allez savoir pourquoi, il me vient parfois l’idée folle que l’on nous prend pour des cons ?
    Daniel Roy

  2. Nos gouvernants sont triplement responsables de ce qui arrive, helas pourtant ô combien previsible :

    1/ par le refus de prendre les mesures qui s’imposent : arrestations preventives, construction d’un Guantanamo a la française dans une de nos innombrables iles lointaines (Kerguelen), reforme du code penal (retablissement de la relegation), controle des frontieres, suppression de la double nationalité, retablissement du droit du sang, arret absolu de toute immigration musulmane, etc.

    2/ par une politique etrangere aventuriste et provocatrice (interventions multiples ou desordonnées), dont nous n’avons au demeurant pas les moyens,

    3/ par un laxisme educatif, civique et judiciaire, contre lesquels il n’entreprend rien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.