Connexion
S'abonner

Garde-Colombe : poignardées pour indécence

Les semaines se suivent et, hélas ! se ressemblent, apportant chacune leur nouveau lot de victimes de la barbarie islamiste. Jeudi dernier à Nice, lundi soir dans un train bavarois… Sans oublier cette foule d’agressions et de crimes quotidiens rapidement rangés dans les « faits divers » afin de dissimuler l’extrême gravité de la situation à nos compatriotes. Dernier exemple – connu – en date, celui de cette mère et de ses trois filles poignardées mardi matin dans le Village Vacances de Garde-Colombe, dans les Hautes-Alpes, par un Marocain « choqué par leurs tenues vestimentaires ».

Alors que cette mère et ses filles âgées de huit, douze et quatorze ans prenaient tranquillement leur petit-déjeuner, Mohamed Boufarkouch, occupant l’appartement voisin, s’est en effet précipité sur elles et les a poignardées à plusieurs reprises, avant de prendre la fuite. Grièvement blessées, la mère et ses deux filles aînées ont été admises à l’hôpital de Gap, où elles ont reçu les soins nécessaires. Mais la petite de huit ans, qui a eu un poumon perforé et a dû être évacuée vers Grenoble, a vu son pronostic vital longtemps engagé.

Rapidement interpellé grâce au déclenchement du Plan épervier, Boufarkouch a immédiatement été placé en garde à vue à la gendarmerie. Or, selon les premiers éléments de l’enquête, ce Marocain, habitant les Yvelines et inconnu des Services de renseignement, n’aurait pas apprécié les tenues de la mère et de ses jeunes filles, « jugées trop courtes ».

« C’est devenu permanent »

Une affaire qui devrait faire prendre conscience à ceux qui l’ignorent encore que, parallèlement aux massacres commandités par l’EI, ce sont des dizaines et des dizaines d’agressions qui sont chaque jour commises en France au nom d’Allah. Des insultes aux coups de couteaux, en passant par le matraquage d’une serveuse pendant le ramadan, les islamistes imposent peu à peu leurs lois chez nous, sans susciter de réelle réaction de la part du gouvernement.

Une situation à nouveau dénoncée mardi par plusieurs élus FN, dont Florian Philippot qui, s’insurgeant que « la barbarie islamiste attaque maintenant une maman et ses filles », a ajouté : « C’est devenu permanent, c’est terrible et ça doit cesser. » Une vérité qui a bien sûr fait bondir le député PS Karine Berger, qui a déclaré que « nous devons tous faire preuve de discernement et d’objectivité dans ces moments tragiques » et que « l’instrumentalisation immédiate qu’en fait Florian Philippot est de ce point de vue honteuse ».

Or, si honte il y a, celle-ci est bien du côté de ces gens qui ont encouragé l’immigration-invasion depuis tant d’années, de cette même Karine Berger qui, après avoir réclamé dans un ouvrage paru en 2011 l’accueil par la France de dix millions d’étrangers d’ici à 2040 – et combien de djihadistes parmi ces derniers ? –, se permet aujourd’hui nous donner des leçons.

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !