La parole se libère. Et alors ?

Le journal dhimmi, Le Parisien, a consacré quasiment deux pages à un sujet propre à faire pleurer dans les casbahs : « La parole raciste (sic) se libère. » Au moment où les inquiétudes devraient plutôt porter sur les attentats passés et ceux à venir, l’urgence des béni-oui-oui est donc de souffler sur les braises en fustigeant une supposée […]

Alain Sanders

Pour poursuivre la lecture :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.