Connexion
S'abonner

Le coup de gueule d’Alain Sanders

Pieds-noirs, harkis : pas une voix pour l’ennemi ! Comme le dit un vieil adage : « A cheval donné, on ne regarde pas la bouche. » Acceptons donc, même si c’est avec des pincettes (Timeo Danaos et dona ferentes), l’opération duplice et électoraliste de Hollande (1) reconnaissant « la responsabilité des gouvernements français dans l’abandon des harkis, les massacres de ceux [...]

Vous souhaitez lire la suite de cet article ?

Je m'inscris à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter de Présent et accédez gratuitement à cet article.

Un lien vous sera envoyé par email.

Je m'abonne

Découvrez nos offres

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !