Clause de conscience : « Nous vivons dans un régime totalitaire »

Tout avait commencé en juillet 2016, d’une proposition faite à l’ordre des pharmaciens d’inclure une clause de conscience à leur code de déontologie. La présidente de l’ordre, Isabelle Adenot, souhaitait que sa profession se penche sur le sujet concernant des médicaments « susceptibles d’attenter à la vie humaine ». Elle pensait alors aux problèmes posés par les malades […]

Anne Isabeth

Pour poursuivre la lecture :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.