« Aucun sujet ne mérite de créer une division aujourd’hui »

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Interview de Louis Aliot.

Une crise aujourd’hui au FN, que les médias attisent avec frénésie, peut être fatale pour les chances de Marine Le Pen à la présidentielle. Louis Aliot, vice-président du Front national, exhorte à l’unité derrière elle, à cinq mois de l’échéance.

— Vous déclarez qu’une position sur l’IVG a été tranchée en débat interne au Front national. C’était quel débat, quelle position et quand ?

— Le projet de Marine Le Pen a toujours préconisé la non remise en cause de la loi Veil mais accompagnée d’une grande politique d’accueil de la vie : il faut tout faire pour éviter que les femmes soient obligées de pratiquer l’avortement et notamment pour des raisons économiques alors qu’elles pourraient avoir d’autres possibilités. (ndlr : En 2012, le programme du Front national disait : Le libre choix pour les femmes doit pouvoir être aussi celui de ne pas avorter : une meilleure prévention et information sont indispensables, une responsabilisation des parents est nécessaire, la possibilité d’adoption prénatale doit être proposée, une amélioration des prestations familiales pour les familles nombreuses doit être instaurée.)

— Pourtant en 2012 Marine Le Pen parlait de dérembourser l’avortement en cas de déficit de la sécurité sociale. Elle a changé d’avis ?

— Ce n’était pas dans le projet présidentiel, c’était une interview à La Croix. Nous avions alors répondu sur la question des avortements de confort. Le terme était celui d’un professeur de médecine (ndlr : le Dr Grégoire Moutel, responsable du laboratoire d’éthique médicale de l’université Paris-Descartes, qui déclarait : A l’origine, les indications d’un avortement impliquaient une détresse matérielle ou psychologique de la femme, elles sont aujourd’hui plus de l’ordre du confort, ce qui n’est pas dans l’esprit de la loi.) La présidente du FN n’a jamais été contre le droit à l’avortement. En revanche, elle estimait qu’il fallait lutter contre ses dérives.

— Dans quelle proportion la crise est-elle surgonflée par les médias ?

— C’est une partie de ping-pong où l’un dit quelque chose, l’autre lui répond et ça monte dans les tours. Alors que l’aspiration des gens est tout autre. Je n’ai jamais reçu autant de messages que ces derniers jours me disant : « Arrêtez de vous invectiver les uns les autres, mettez-vous derrière Marine et agissez. L’enjeu de cette présidentielle est trop important. »

— On parle beaucoup d’une ligne Marion et d’une ligne Philippot. Est-ce qu’il existe une telle fracture au FN ?

— Je ne connais qu’une ligne, c’est la ligne Marine. S’il y avait d’autres lignes, je ne serai derrière aucune. L’avortement est un sujet important mais il y a une élection essentielle dans cinq mois, capitale pour la survie de la France. Aucun sujet ne mérite de créer une division aujourd’hui.

Propos recueillis par Caroline Parmentier

Caroline Parmentier

8 commentaires sur “« Aucun sujet ne mérite de créer une division aujourd’hui »

  1. Ces chicaneries n’ont pas lieu d’être puisque le programme de la présidentiable MLP prévoit (prévoyait ? … ) l’instauration du referendum initiative populaire. Auquel cas les questions posées n’ont pas à l’être par les politiques, mais par le PEUPLE souverain.

    Oui mais voilà: le RIP est-il toujours à l’ordre du jour du programme de MLP, et l’a-t-il jamais vraiment été ? Voilà une question AUTREMENT fondamentale, et qui mériterait d’être posée clairement aux intéressés, en tout cas à la principale d’entre eux.

  2. Ces chicaneries n’ont pas lieu d’être puisque le programme de la présidentiable MLP prévoit (prévoyait ? … ) l’instauration du referendum initiative populaire. Auquel cas les questions posées n’ont pas à l’être par les politiques, mais par le PEUPLE souverain.

    Oui mais voilà: le RIP est-il toujours à l’ordre du jour du programme de MLP, et l’a-t-il jamais vraiment été ? Voilà une question AUTREMENT fondamentale, et qui mériterait d’être posée clairement aux intéressés, en tout cas à la principale d’entre eux.

  3. En excluant honteusement son père du FN Marine Le Pen porte l’entière responsabilité des fractures qui se réveillent dangereusement. Quand l’exemple vient d’en-haut il ne faut pas s’étonner…

  4. Louis Alliot, que je salue pour un honnête homme et qui doit être bien embêté, n’a pas dû recevoir tous les messages. Il y a ceux qui s’inquiètent de al défaite dans les urnes, et il y a eux qui s’inquiètent de la défaite dans les idées. Pue me chaut de faire gagner une FN qui aurait renoncé à ce qui faisait son originalité : avoir été le premier parti politiquement incorrect, à rebours de Mai 68.
    On vote pour un taureau, et on nous livre un bœuf : Il y a à manger pour plus de monde, mais il ne combat plus.

  5. Vous oubliez une chose qui touche a coeur de nombreuses personnes , soutenez vous la cause palestinienne et êtes vous pour la résolution de l’ONU contre Israël !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *