Le film anti-Marine

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Intitulé de façon éloquente Chez nous, le dernier film de propagande de la gauche bobo à l’agonie, si bien placée pour donner des leçons et nous dire comment penser, sort à deux mois de la présidentielle.

Sorte de biopic anti-Marine Le Pen (interprétée par la très disgracieuse Catherine Jacob particulièrement repoussante dans le rôle) la bande-annonce (toute en nuances) nous montre un parti populiste rebaptisé « Bloc patriotique » dirigé par une femme, mené par des bourgeois (pauvre André Dussolier) qui manipule des électeurs tentés par la haine de l’autre et des Maghrébins en particulier.

Prévu en salles le 22 février, le film se déroule en banlieue ouvrière dans le nord de la France, dans la commune de Hénard. Toute ressemblance… etc. Pauline, infirmière à domicile qui s’occupe seule de ses deux enfants, va se faire approcher par le « bloc patriotique » pour prendre la tête de la liste aux municipales.

Le réalisateur Lucas Belvaux, représentant type et très content de lui de la culture dominante et sectaire qui a fait le plein de subventions pour ce film financé par le contribuable, entend ouvrir les yeux des électeurs sur cette « parole qui se libère, disséminant une odeur abjecte qui dérange de moins en moins. Chez nous est un film engagé, oui ». Catherine Jacob sur Canal + a indiqué pour sa part qu’il s’agit de « faire réfléchir sur le choix de ceux qui soutiennent ce parti ».

Interrogé sur Europe 1, Florian Philippot a souligné que Lucas Belvaux « n’agit pas tout à fait seul » en choisissant une sortie aussi proche de l’échéance électorale et proposé de « mettre le budget de ce film sur les comptes de campagne de nos adversaires ». Concernant Catherine Jacob, il a estimé que ce film était de sa part « un petit service rendu au système ».

Ce qui fait quand même plaisir c’est que malgré l’énorme retape médiatique dont va bénéficier le film, de Michel Drucker aux évêques de France, il finira sa carrière en nombre d’entrées aux côtés du navet abyssal d’Yvan Attal Ils sont partout et des dizaines de milliers d’invendus du disque de Yannick Noah « Ma colère ».

Caroline Parmentier

5 commentaires sur “Le film anti-Marine

  1. Malgré le Brexit, l’élection surprise de Trump, tout le mouvement dextrogyre des peuples occidentaux, les bien-pensants gauchos-bobos-caviardos n’ont pas encore compris ce qu’il se passe. Forcément, à vivre entre soi en étant sûrs de détenir le droit moral de l’ouvrir, plus dure pour eux, sera la chute. Ce film propagande a de fortes chances de pousser de nouveaux électeurs vers le FN.

  2. On espère que Philippot aura compris que la dédiabolisation ça ne marchait pas, mais alors vraiment pas! Bon cela dit, comme vous l’avez dit, le film fera un mégaflop! Bonne et heureuse année!
    Jacques

  3. que c ‘est petit !!!!! ils sont à cours d ‘idée ???? pauvre système !!!! on prends vraiment les gens pour des imbéciles ma parole ????

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *