Brûler la crèche

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

La crèche de la cathédrale de Saint-Etienne a été incendiée volontairement vendredi soir. Plusieurs figurines dont celles de la Sainte Vierge ont été brisées et carbonisées. Un autre feu a été allumé sous une chapelle de la Vierge.

Une crèche dont même les plus enragés des laïcards peuvent difficilement dire qu’elle n’était pas au bon endroit ni à sa place. Saccagée, en cendres, profanée.

L’incendiaire a été aperçu en train de prendre la fuite vers 18 heures juste avant la messe. Les flammes ont été partiellement éteintes grâce à la rapidité des paroissiens qui se sont servi tout d’abord de l’eau du bénitier.

A ce jour ni Bernard Cazeneuve ni Bruno Le Roux n’ont exprimé la moindre indignation ni promis le zèle des enquêteurs. Comme le fait justement remarquer Christine Tasin sur Résistance Républicaine, on verra « si incendier une crèche dans une cathédrale, essayer de mettre le feu à la même cathédrale est considéré comme moins grave ou plus grave que mettre des lardons dans la boîte à lettres d’une mosquée ».

L’évêque ne voit le mal nulle part.

Alors que le maire LR de la ville Gaël Perdriau parle de « profanation », Mgr Bataille, l’évêque de Saint-Etienne, (ils sont rarement décevants) a fait bien heureusement des déclarations « très loin des décharges de haine et de racisme visibles sur les réseaux sociaux » comme le souligne Radio France Bleu.

« Le geste est douloureux » tempère l’évêque du lieu « mais l’acte en lui même est assez limité dans le sens où c’est juste la crèche et les personnages » (…) « Cela peut très bien être un acte de gaminerie, comme ça arrive souvent. Et puis la crèche c’est un peu tentant : il y a de la paille donc on va mettre le feu. Ça n’est pas la première fois ! (…) En tout cas, ça retentit parce qu’il y a cette sensibilité qui est celle de notre pays en ce moment mais sur le fond je ne suis pas sûr que l’acte ait un tel poids. »

De quelle sensibilité pour le moins excessive, parle-t-il ? De la peur des actes de haine et de mort contre les symboles de notre foi et de notre civilisation ? De l’égorgement d’un prêtre en pleine messe comme en juillet dernier ?

Curieuse similitude, il y a quelques jours à Foggia en Italie, un migrant gambien de 25 ans a été pris en flagrant délit alors qu’il mettait le feu à la crèche et venait de fracasser une statue de la Vierge Marie. Ce grand gamin aimant jouer avec des allumettes (la paille c’est drôlement tentant) a néanmoins déclaré à la police qu’il était musulman et qu’il voulait détruire des symboles chrétiens.

Caroline Parmentier

2 commentaires sur “Brûler la crèche

  1. Je suis sur que Monsieur Cazeneuve dira que la crêche a pris feu car les normes europeennes á la junker n’étaient pas suivies: rendez vous compte! De la paille combustible dans un edifice! Des figurines en bois ou plastique! C’est de la folie! eteindre avec de l’eau benite! Oú se trouvaient les extincteurs ( 3 pour chaque type de feu)?
    Moi je vous dis ce n’ est pas étonnant et ceux qui disent que c’ est un acte malveillant sont des social-traitres á la republique!

  2. Nos évêques, cardinaux, et une bonne partie de l’Eglise, je suppose boboïfiée elle aussi, sont dans le déni le plus total. Ils l’ont été concernant tout ce que, depuis la Révolution, notre pays compte de gauchos et de francs-maçons qui n’ont de cesse d’oeuvrer à notre déchristianisation, avec le résultat que l’on sait, ils le sont désormais concernant l’islam qui ne fait pourtant pas mystère du sort qu’il réserve aux chrétiens depuis 14 siècles et qui le prouve au MO, en AFN et ailleurs. Alors c’est quoi sinon de la complicité, leur attitude !…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *