Connexion
S'abonner

Juppé : ni FN ni Sens commun !

Avec l’air de ne pas y toucher et de ne vouloir se mêler de rien dans l’élection du nouveau président des LR, Alain Juppé, sans doute fort de sa dérouillée historique aux primaires de la droite, a fermement appelé sa formation politique à ne pas franchir « certaines lignes rouges ». Celles qu’il lui-même « tracées ». Avec le succès que l’on sait…

Et avant toute chose bien sûr la ligne rouge de « l’incompatibilité absolue avec le FN ». Sa bête noire. Jamais d’alliance, jamais d’union des droites, on ne s’approche pas à moins de 100 mètres de ces pestiférés. Toujours le même vieux sectarisme rance chez les mêmes vieux machins.

Alain Juppé a également cité « la ligne rouge d’un conservatisme idéologique rétrograde » de « groupes qui ont une influence croissante dans la gouvernance du mouvement ». Une référence claire au mouvement Sens commun, crée par les militants de La Manif pour tous que Laurent Wauquiez considère comme « une composante de (la) famille politique » et que Juppé abhorre. Car une autre des lignes rouges de Juppé c’est évidemment la remise en cause du « mariage » gay.

Touche pas au « mariage » gay !

Il fut l’un des premiers ténors de droite à accepter le « mariage » homosexuel (progressivement entre juin 2011 et octobre 2012), puis l’adoption homoparentale (octobre 2014). A l’époque, Laurent Wauquiez écrivait qu’« on ne peut pas s’opposer au mariage homosexuel et se contenter de la vague promesse de dépoussiérer le texte quand nous serons au pouvoir ». Qu’en est-il de sa position actuelle ? Celle de Sens commun n’a pas varié : « faire reconnaître constitutionnellement le mariage comme l’union d’un homme et d’une femme » et « réserver l’adoption aux couples homme-femme ».

Christophe Billan, le président de Sens commun, voit dans les propos de Juppé une tactique destinée « à réduire Laurent Wauquiez à Sens commun », ce qui serait horrifiant pour la majeure partie des LR comprend-on. Lundi, c’est Valérie Pécresse qui a déclaré qu’elle n’excluait pas de quitter Les Républicains si Laurent Wauquiez en était élu président.

Une partie des juppéistes a rejoint le gouvernement, une autre les rangs des « constructifs » tandis que d’autres encore restent, pour l’heure, aux Républicains. Maël de Calan, l’un des bébés-Juppé, a annoncé mardi sa candidature à la présidence des Républicains (LR) pour porter « les couleurs d’une droite ouverte et équilibrée » c’est à dire bien évidemment « la ligne Juppé » dont on connaît la ferveur de la politique communautariste locale, les discours sur la coopération avec l’islam en vue de la formation de la jeunesse mais aussi la façon dont il arrose financièrement les associations lesbiennes, gay bi trans et pro-gender et soutient les événements militants (Gay pride, Marche des fiertés, Semaine des sexualités ou festival cinéma gay) ! C’est sûrement ce qui fait dire à Robert Ménard dans Le Figaro qu’il est un « immense maire de Bordeaux ».

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !