FN : une tendance ascendante

Il paraît donc que pour Marine Le Pen, c’est la chute finale, entraînant avec elle, à terme, celle du Front national ! C’est là une curieuse musique qui va crescendo depuis les élections de mai-juin. Le Parisien, dimanche, en faisant même sa une, ce qui prouve, au moins, que la présidente du Front est toujours « vendeuse »… Ses électeurs, […]

Guy Rouvrais

Pour poursuivre la lecture :

Je m'inscris à la newsletter de Présent
ou bien


6 commentaires sur “FN : une tendance ascendante

  1. Qu’est-ce qui est le plus difficile?
    – Affronter Macron à la télévision pendant 3 heures?
    – gouverner notre « cher et vieux pays » pendant 5 ans?
    Concluez vous-ême…

    1. Nous Ne changeront pas d’avis .
      Nous voterons encore et encore MARINE.
      CAR ELLE EST LA SEULE À REPRENDRE LES REINES POUR LA FRANCE ET DÉFENDRE NOS VALEURS.
      SI CEUX QUI ON TOURNÉ LEUR VESTE. NE SON PAS MARINE.
      VIVE MARINE VIVE LA FRANCE. VIVE LA RÉPUBLIQUE. !!

  2. Ceux qui n’étaient pas du Front, intrinsèquement ne le furent jamais, seront jamais. Ces militants de circonstance, ont lâché la rampe, au premier coup de Trafalgar. Les Freulet, les Spieler et autre François Bachelot, et maintenant d’autres noms, qui ne sont même pas adhérents, heureusement. Les enfants et même les petits enfants, les neveux gâtés du FN, qui ont cueilli les lauriers et se sont fait élire sur le tard, et même bien tard, ont bien profité d’un élan continu, débuté en 1984, maintenu en 1986, conservé en 1988, embelli depuis lors, contre vents et marées, contre toute la presse, et la litanie incessante des évêques, des pasteurs, des rabbins, des franc-macs et de tout le Saint-Frusquin, comme chantait Docteur Merlin.
    Le Front National était un bloc, il demeurera. Mais après tout, s’il faut changer, il faut changer tout, afin que rien ne change. La gauche se radicalisant sans encombre, et même avec succès. Radicalisons-nous, nous-autres et revenons au FNUF ! Depuis 1986, je conserve les « Unes » de journaux qui annoncent la Fin du F. N. J’en ai une caisse pleine ! L’express qui prédit : « La chute », le point qui titre « la fin », VSD, Paris-Match et puis Télé-sept-jours !

  3. Malheur aux vaincus ! ce n’est pas une nouveauté.
    Le même mensonge, incessamment répété, prend l’apparence de la vérité. Tous les partis communistes en faisaient une règle de base. Depuis que ce même PC est devenu aussi fréquentable que n’importe quel homme ou parti plus ou moins bien accueilli par les bienpensants, cette règle devenue universelle est appliquée sans états d’âme. Le F.N. est plus que jamais non pas adversaire politique mais ennemi à éradiquer.
    N’attendez de soutien affirmé pour le FN que de tous supports disqualifiés d’avance par l’intelligentia qui régente la pensée unique.

  4. En 5 ans le FN sous l’égide de Marine Le pen a énormément étendu ses structures fédérales existantes et créé des réseaux dans différents milieux professionnels.

    Les élections amènent toujours plus de votants ; 11 millions dernièrement.

    Les adhérents FN avec le RBM sont 90 000.

    Marine à du livrer un difficile combat contre son père qui lui a fait un tord considérable et divisé le FN en deux comme jamais cela ne s’était produit auparavant.

    Nous avons plus de Mmaires et plus de députés.

    Phillipot à commis des erreurs politiques et malheureusement ce n’est pas lui qui en puante le lourd prix mais Marine. Cela n’est pas tres juste

  5. Pourquoi faut-il faire payer F. Philippot, a-t-il changé de ligne, de discours, est-il moins intelligent, n’est-il pas énarque (ça valorise), commet-il des erreurs dans les débats politiques, n’a-t-il pas aidé à la progression du parti.
    Veut-on lui faire jouer le rôle de fusible pour faire oublier un échec retentissant qui ne lui incombe pas, échec très exploité par les médias?
    Toutes ces manœuvres ne sont pas dignes d’un parti qui prétend être au-dessus du lot.
    Qu’il y ait des lignes de pensée divergentes sur des points mineurs, qu’il y ait des courants dans un parti, rien n’est plus normal, mais de là à casser des années de travail des militants, des années de récupération de voix dans toutes les classes sociales (et là on ne peut pas accuser jupiter d’être à la manœuvre), ne justifie aucunement le risque d’explosion pris face à l’UMPS recomposée sous le nom de LREM.
    Plus que jamais notre pays a besoin d’un pouvoir pragmatique, alliant la réussite économique, sécuritaire, sans oublier le social, intelligent et non clientéliste, sans lequel aucune réforme ne sera possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.