Connexion
S'abonner

Nouvelles du CLAP

Le Clap est le Club des Lecteurs et Amis de Présent. Il se veut avant tout trait d’union entre sa rédaction et ses lecteurs.

UN SOS pour la presse papier

Ceux qui nous lisent en achetant quotidiennement Présent chez leur marchand de journaux auront constaté une augmentation du prix au numéro : 1,80 euros pour les journaux de la semaine, paraissant sur 8 pages, du mardi au vendredi, et 3 euros pour le numéro du samedi, qui comporte, 16 pages avec son supplément littéraire, culturel et religieux.

C’est une augmentation de notre prix de vente au numéro qui n’est pas négligeable, nous en sommes conscients.
Mais le tarif des abonnements de Présent, lui, est resté sans changement. Et la première façon de soutenir votre quotidien, c’est précisément de vous abonner. Cette formule est la meilleure pour nous, c’est elle qui nous fait vivre. Mais c’est aussi la meilleure solution pour vous : 299 euros pour environ 250 numéros par an, soit à peine plus d’un euro par numéro, le calcul est vite fait. Quant à l’abonnement numérique annuel, à 99 euros, il réduit le prix d’achat de chaque numéro à environ 40 centimes. Nous tombons à un prix vraiment à la portée de toutes les bourses.

La vente en kiosque, elle, répond à un autre objectif : il s’agit pour nous d’occuper ce créneau, d’afficher nos convictions, dans les présentoirs, face à L’Humanité, à Libération et autres, et aussi d’élargir le cercle de nos lecteurs potentiels, en captant l’attention de clients de ces kiosques et maisons de la presse, qui ne nous connaissent pas.

Toute la presse papier a opéré une augmentation de ses tarifs. Le Monde et Le Figaro viennent de passer à 2,60 euros. Quant aux rares titres de presse proches de notre mouvance politique et intellectuelle, ils sont plus chers que Présent, y compris le Présent de fin de semaine, à 16 pages. . L’Action française (devenue bimensuelle) se vend 4,50 euros en kiosque, Minute et Rivarol, 3,50 euros, pour un nombre de pages sensiblement identique.

Graves difficultés

La difficulté de tous ces titres, la disparition de l’excellente Nouvelle Revue d’Histoire, créée par Dominique Venner, et dirigée par Philippe Conrad, depuis sa mort, la disparition annoncée de L’Action française, mais aussi les graves difficultés des quotidiens Nice Matin et La Marseillaise, qui sont en redressement judiciaire, de l’hebdomadaire VSD qui pourrait abandonner sa formule papier, des Inrockuptibles, qui prévoient de licencier un tiers de leurs salariés, montrent que le problème affecte toute la presse papier sans guère d’exceptions. Et Présent s’en sort plutôt moins mal que d’autres. Mais 2018 sera une année difficile, nous l’avons déjà écrit ici même.

En effet le diffuseur Presstalis (ex-NMPP), celui qui gère la mise en place des journaux dans les kiosques, est au bord de la faillite. Il vient d’annoncer un plan de départ de plusieurs centaines de ses collaborateurs, financé par l’Etat. Et en attendant, il a gelé 25% de nos recettes sur vente du journal, comme il l’a d’ailleurs fait pour tous les titres diffusés par son intermédiaire, ceci pour les mois de décembre et janvier. Et il annonce une contribution exceptionnelle de 2,25% des ventes en kiosque, pour la période allant de janvier 2018 à … juin 2022 !

Voilà pourquoi nous ne pouvions pas éviter une augmentation de notre prix de vente en kiosque.

Cette situation très difficile de la presse papier est une exception française. Dans la plupart des autres pays, la presse papier reste un media viable. Néanmoins en Espagne le quotidien El Païs, et en Grande-Bretagne, le quotidien The Guardian, traversent une très mauvaise passe, avec des déficits abyssaux. Mais là, il semble que leur positionnement politique (à gauche) ne soit plus en adéquation avec un lectorat qui s’est fortement droitisé (comme en France, d’ailleurs).

Un problème typiquement français, là aussi, est que la presse de droite est littéralement boycottée par les autres medias, par les pouvoirs publics, et par les entreprises susceptibles d’y passer de la publicité, qui sont à présent menacées de mesures de rétorsions au cas où elles s’y risqueraient.

Pensez que Plon, Perrin, Les Presses de la Cité et d’autres éditeurs passaient régulièrement des placards publicitaires dans Rivarol , ceci jusque dans les années quatre-vingt. Ils ne prendraient pas ce risque, aujourd’hui, même si les lecteurs nationaux sont de gros lecteurs, qui achètent beaucoup de livres.

Une bonne raison, d’ailleurs, pour vous intéresser aux quelques entreprises qui utilisent Présent pour diffuser leurs messages publicitaires.

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’information, nous avons besoin de votre aide. Depuis 1982, Présent se distingue de tous les quotidiens français :

  • De tous les médias dissidents, Présent est le seul qui soit un quotidien sur papier et en ligne.
  • Totalement indépendant, il est entièrement financé par ses lecteurs depuis sa création.
  • Bien que vendu en kiosques comme les autres quotidiens, Présent n'est jamais cité faisant ainsi l'objet d'une omerta unique dans l'histoire de la presse.
  • Toujours sur le fil du rasoir économique, jusqu'à maintenant Présent a survécu à toutes les crises (politiques, rédactionnelle) et les déficiences des monopoles (postaux et kiosquiers).
  • La liberté d'accéder à une information libre a un coût, de plus en plus élevé.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet de tenir notre place parmi les autres medias, libre et indépendant, et plus vous nous lirez et plus vous le ferez savoir, plus votre opinion sera partagée.
Alors si vous souhaitez garantir cette indépendance, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de Présent en permettant de garantir notre mission d’information.
Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet de construire dans l'avenir. Toute l’équipe vous en remercie.

Soutenez Présent dès 1€ :
Faire un don

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Chers amis de Présent,

Comme nous l’avons annoncé, notre quotidien a cessé de paraître avec le numéro du 30 juin 2022.

L'ensemble du site reste accessible aux abonnés et aux visiteurs, et il sera mis à jour régulièrement.

Nous travaillons actuellement à la suite de cette grande aventure de presse qui,
sous une autre forme, poursuivra le combat. Nous vous tiendrons informés des évolutions.

Merci pour votre soutien et votre fidélité.