Foot et nationalisme

Lors de son intervention à Versailles, dans le cadre du Congrès (voir Présent du 10 juillet) le chef de l’Etat a fustigé le nationalisme et les nationalistes, desquels il ne peut rien sortir de bon, en les opposant aux « progressistes », dont il est, et qui incarnent le bien. Il entend écarter la « menace » nationaliste et prendre […]

Guy Rouvrais

Pour poursuivre la lecture :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.