Quand la fête vire au cauchemar

150 000 gendarmes, policiers, pompiers mobilisés une nuit entière. Ajoutons à cela les personnels des officines privées de sécurité recrutés par les organisateurs des festivités, les personnels de la mairie de Paris et des grandes villes françaises, et même de petites communes, les agents hospitaliers, ambulanciers etc. Est-il normal, sain, logique, que tant de monde soit […]

Francis Bergeron

Pour poursuivre la lecture :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.