L’avortement est un homicide

Le Dr de Rochambeau assène une vérité

Mais qu’a donc fait le Dr de Rochambeau, médecin gynécologue et président du Syndicat national des gynécologues ? Demandé la suppression de la loi Veil ? Réclamé la mise au cachot des femmes qui avortent ? Il s’est contenté de donner son avis personnel sur l’avortement.

Le Dr de Rochambeau l’a dit nettement : « Nous ne sommes pas là pour retirer des vies. »

Mardi 11 septembre, dans l’émission « Quotidien » il était question de l’hôpital du Bayeul, dans la Sarthe, où plus aucun avortement n’est pratiqué depuis le début de l’année parce que le seul médecin qui le faisait est parti en retraite et que les autres refusent de le faire, invoquant la clause de conscience (voir Présent du 7 août). Dans le cadre de cette « enquête », la journaliste Valentine Oberti explique qu’elle a voulu rencontrer des médecins qui refusent de pratiquer des avortements. Le Dr de Rochambeau avait accepté de la recevoir… Le ton est courtois mais ferme : « Nous ne sommes pas là pour retirer des vies. » Mine furibarde de la journaliste : « Un enfant à naître n’est pas une vie au niveau juridique, ce n’est pas un homicide de faire une IVG. » Réponse du médecin : « Si, madame. » Ce faisant, le gynécologue a signé son arrêt de mort médiatique, comme en témoigne le lynchage qu’il subit depuis et qui donne un éclairage assez cru sur l’intolérance des pro-IVG.

La simple énonciation d’une vérité – l’avortement tue – a déclenché une fureur sans précédent parce que des mots ont été posés publiquement sur cette réalité dérangeante qu’est le meurtre des enfants à naître. On s’offusque du mot homicide. Pourtant, le mot est juste puisqu’un homicide est l’action de tuer volontairement ou non un être humain. Dans le cadre d’une grossesse, on parle bien d’embryon humain. Ce prétendu amas de cellules, qui a pourtant son code génétique propre, n’est ni plus ni moins qu’un homme en puissance. Certes il se transformera par la suite, mais n’est-ce pas ce qu’il fait tout au long de sa vie, bien après sa naissance ? Le vieillard d’aujourd’hui n’est autre que le nouveau-né d’hier.

Cette affaire, si elle illustre parfaitement le tabou oppressant qui entoure le sujet de l’avortement, est également très significative de la mauvaise foi des médias. Comme l’expliquait le Dr de Rochambeau au micro de RTL, l’entretien avec Valentine Oberti a duré un quart d’heure. Pendant douze minutes le médecin, en tant que président du Syngof, a détaillé la position de son syndicat. A la demande de la journaliste, il a ensuite livré sa position personnelle. Extrait qu’a bien évidemment sélectionné la chroniqueuse. Ce que le médecin dénonce, à juste titre, comme de la désinformation et du manque d’honnêteté intellectuelle.

En attendant, ce ne sont qu’indignation et hurlements des acharnés de l’avortement évidemment, du conseil de l’Ordre des médecins, du Syngof. Marlène Schiappa et Agnès Buzyn poussent, en chœur, des cris d’orfraie. « Ce qui est extrêmement choquant dans les propos de ce monsieur, c’est le fait qu’il compare l’IVG à un homicide. D’un point de vue légal, un embryon, ça n’est pas une vie humaine. On peut être pour, on peut être contre, mais c’est la loi », s’est insurgée la secrétaire d’Etat. Doit-on en déduire que la loi est censée tenir lieu de cerveau et de réflexion – fût-elle inique ? La loi dit qu’un embryon n’est pas une vie humaine – ce qui est absurde biologiquement –, il faut donc considérer que ce n’en est pas une. Si demain la loi légalise la pédophilie, en tirera-t-elle les conséquences pour ses filles ?

Voilà une affaire qui remet en pleine lumière cette fameuse clause de conscience que certains esprits ouverts aimeraient tant voir supprimer.

Anne Isabeth

2 commentaires sur “L’avortement est un homicide

  1. Ce qui est frappant et révélateur dans les controverses sur l’Avortement ( pudiquement nommé I V G ) , c’est la véhémence , la hargne , le recours à l’invective et à la menace juridique des partisans de l’avortement .

    On voit bien que cette question les taraude , les met mal à l’aise ! Ils ont peur de ce sujet parce qu’ils sentent bien qu’ils ne peuvent échapper à cette contradiction profonde que l’avortement “libère” les femmes et en même temps fait périr des enfants sur le point de naitre . Ils ne supportent pas leur propre mensonge , et pour y échapper il piquent une rage folle contre ceux qui les dérangent .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.