Natacha Polony pourra-t-elle redonner à Marianne le souffle du non-conformisme ?

Ancien de Libération, socialiste, franc-maçon, « spécialiste de l’extrême droite », Renaud Dely, en prenant la direction de Marianne en 2016, avait poursuivi la gauchisation à marche forcée du magazine Marianne. Après le rachat du titre par un hommes d’affaires tchèque, Dely est parti à France Inter, pour remplacer Apathie dans la matinale. En principe ce créneau horaire, […]

Francis Bergeron

Pour poursuivre la lecture :


4 commentaires sur “Natacha Polony pourra-t-elle redonner à Marianne le souffle du non-conformisme ?

  1. Pourquoi nos milieux sont-ils si indulgents avec Natacha POLONY? Pour vous faire une idée de cette “usine à dissert’ “, je vous conseille de rechercher sur internet son article intitulé “Lettre à mon compatriote musulman”, paru dans le Figaro en 2015 (je crois?), un chef d’oeuvre de dhimmitude!
    Je vous rappelle qu’elle n’a jamais cité PRESENT dans sa revue de presse quotidienne (payée 27 000 €/mois) et qu’elle traite votre confrère MINUTE de torchon.
    Quant à Jean-François KAHN, pour vous donner une idée de sa haute valeur morale, souvenons-nous qu’il s’est ouvertement réjoui de la mort de STIRBOIS. Il faut être vraiment naïf pour croire que l’on va pouvoir redresser la situation avec cette clique. Attention PRESENT s’affadit!

    1. Allez expliquer à Natacha Polony que “Présent” s’affadit! C’est précisément parce qu’il ne s’est jamais affadi qu’elle ne l’a jamais cité.
      Caroline Parmentier

    2. Ni Jean-François Kahn ni Natacha Polony ne sont de notre paroisse. Pas plus, d’ailleurs, que le gaulliste Dupont-Aignan ou le socialiste Chevènement.. Et pourtant, sur des terrains comme l’identité française, pouvons-nous faire la fine bouche ? Ne faut-il pas chercher en permanence des convergences  avec tous ceux qui aiment la France, en tout cas qui disent l’aimer ? Cet amour du pays constitue certes le plus petit des dénominateurs communs. Mais autrefois cette valeur était partagée de façon quasi-universelle (à une frange internationaliste et anarchiste près). Or ce n’est plus le cas aujourd’hui. Une coterie -certes minoritaire, mais qui monopolise la parole et tente d’imposer la dictature du politiquement correct -, d’une part, des admirateurs du terrorisme islamiste, d’autre part, crachent à haute dose leur détestation du pays qui les nourrit. Est-ce s’affadir que de chercher ces convergences ? Est-ce s’affadir que de voir dans les propos de tel ou tel des signes positifs, une prise de conscience ? Est-ce s’affadir que de tenter aussi de les faire évoluer vers nos valeurs ?
      Quant à Jean-Pierre Stirbois,, nous avons prévu de lui rendre un grand hommage  à l’occasion du trentième anniversaire de sa disparition (le 5 novembre 1988), sous la plume de Françoise Monestier et de Francis Bergeron, qui furent ses compagnons de combat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.