Certains pays moins égaux que d’autres dans l’UE

Le Parlement européen a rejeté mardi une motion demandant un débat sur la situation en France, mais a accepté le même jour une autre motion pour un débat sur la situation en Tchéquie !

La motion concernant la France avait été déposée au nom du groupe Conservateurs et Réformistes européens (CRE) par le député polonais Ryszard Carnecki (PiS). Le groupe CRE exigeait une discussion sur “la crise de la démocratie en France”. Czarnecki : « Nous sommes très inquiets de la situation dans ce pays. Au cours des quatre derniers week-ends, des centaines de milliers de manifestants sont descendus dans la rue. Il y a eu plus de 2000 arrestations et près de 900 blessés ».

« Puisque cela attire l’attention du monde entier depuis de nombreux jours et qu’on a affaire à des événements très inquiétants, à de la brutalité policière, à des arrestations et à un chaos généralisé, il est évident que le Parlement, qui réagissait auparavant de manière beaucoup plus énergique dans des situations moins évidentes, devrait en discuter », a déclaré le président du groupe CRE, le Polonais Ryszard Legutko.

“De la même manière que le PE s’est occupé dans le passé de la situation en Roumanie, de la situation en Hongrie et de la situation en Pologne, nous devrions débattre de la situation en France car c’est important du point de vue des intérêts de toute l’Union européenne », a encore fait remarquer Czarnecki.

Le groupe CRE est constitué, entre autres, par le PiS, les Tories britanniques, le N-VA belge, le Parti populaire danois et les Vrais Finlandais.

En revanche, le Parlement européen a accepté le même jour une motion déposée par le Parti populaire européen (PPE) pour un débat sur la situation en Tchéquie, et plus précisément sur de possibles conflits d’intérêt du premier ministre tchèque Andrej Babiš par rapport au budget de l’UE.

Pour Ryszard Czarnecki comme pour beaucoup de ses compatriotes et d’autres habitants d’Europe centrale, il est clair que les pays de l’ex-Europe de l’Est sont considérés dans les institutions européennes comme des membres de seconde catégorie. Les votes de mardi en sont une nouvelle illustration.

Olivier Bault

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.