L’intégrale de Lo Cicero

Puisque la guitare est devenue une arme… Nous sommes quelques-uns à conserver, comme autant de trésors, quatre 45T et un 30 cm usés par le temps et des passages répétés sur nos Teppaz des années soixante : Amnistie, Maison d’arrêt de la Santé, Budapest, Je ne veux pas ça et Lo Cicero chante Brasillach. Tous ces vinyles précieux […]

Alain Sanders

Pour poursuivre la lecture :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.