Ignace : « J’aime taquiner la police de la pensée. »

L’entretien du mercredi. D’où vous vient cette passion pour le dessin, et spécialement le dessin de presse, par définition polémique et mordant ? Durant l’enfance, je me nourrissais de BD classiques : Tintin, Lucky Luke et Astérix essentiellement. A l’école, j’étais un élève moyen, voire médiocre et relativement solitaire. Le dessin me sociabilisait, me donnait un statut. […]

Francis Bergeron

Pour poursuivre la lecture :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.