“La Presse à l’école” : L’exemple de la FEN

La 30 ème édition de la semaine de la Presse à l’école s’est ouverte il y a quelques jours. L’occasion de revenir sur l’importance du journalisme dans la stratégie de la Fédération des Etudiants Nationalistes ( FEN), au début de la Ve République . Contrairement au mouvement Occident, phénomène essentiellement parisien, la FEN était implantée dans la plupart des universités françaises. Héritiers directs du mouvement Jeune Nation dissous en 1958 , sous le signe de la croix celtique les jeunes militants de la FEN alliaient la réflexion et l’action. Sans jamais abandonner la formation doctrinale, ils faisaient preuve d’un activisme permanent contre les soutiens inconditionnels du FLN qu’étaient l’ UNEF,  l’ Union des Etudiants Communistes et le PSU.

Semaines d’action

Régulièrement la FEN lançait sur l’ensemble du territoire des “semaines d’action”. Les bagarres à l’entrée des restaus U

étaient associées à  la distribution quotidienne de “journaux” ronéotés tirés et agrafés dans la nuit. Dans des conditions difficiles ces “journaux” étaient  fabriqués  à partir de l’écoute des derniers journaux parlés des différentes radios pieusement écoutées au fond de caves inconfortables ! Ces  nouvelles étaient analysées et assorties de commentaires  nationalistes.

Cet intérêt de la FEN pour la presse était né d’une constatation: avant de faire  la une de France-Soir, de l’ Humanité, du Figaro, de l’ Aurore, du Monde,  de L’ Express… c’est  dans la presse clandestine de la Résistance que nombre de faiseurs d’opinion avaient fait leurs premières armes et appris les rudiments du métier.

Par la suite consigne fut donnée aux militants de la FEN qui le pouvaient d’investir la presse ou le monde l’édition. Plusieurs, à la manière des “taupes” trotskystes, intégrèrent la presse de province ou l’ AFP.  Jean-Claude Valla , talentueux rédacteur en chef du Figaro-Magazine puis de Minute et  François d’ Orcival à Valeurs actuelles ont fait carrière dans la presse parisienne. Il faut aussi citer l’ Algérois Pierre Demaret, journaliste- à Minute et Nice-Matin.

D’autres ont inlassablement donné  naissance à des revues et journaux tout en signant, dans de prestigieuses maisons d’édition, des ouvrages à succès. Proche de la FEN,  le plus connu est Dominique Venner dont le nom demeure associé à Europe-Action, Enquête sur l’ Histoire et à la regrettée  Nouvelle Revue d’ Histoire , où écrivait Philippe Conrad. L’historien Pierre Vial, directeur de la publication de la revue Terre et Peuple, est l’ auteur de nombreuses  chroniques dans plusieurs journaux de la presse amie. L’infatigable essayiste  Alain de Benoist alias Fabrice Laroche, est , lui aussi, issu de cette pépinière.

Cette tentative de pénétration de la Presse n’était pas gagnée d’avance. Ce panorama volontairement incomplet montre qu’elle était possible. Riches de leur volonté et de leur  talent les jeunes militants nationalistes se sont ouverts un chemin dans un monde foncièrement hostile. Dans les medias du système ou hors-système, à visage découvert ou masqué, dans la presse écrite, parlée ou audiovisuelle, sur le net… partout il y a des places à prendre et des Bastilles à faire tomber. Les journalistes sont dans leur immense majorité « progressistes ». Raison de plus pour introduire dans cette citadelle un, dix, cent “Chevaux de Troie”.

Jean-Pierre Bey 

Présent

Un commentaire sur ““La Presse à l’école” : L’exemple de la FEN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.