La semaine politique

« Moi gauche et méchant » titrait le 1er avril Libération. Le quotidien de la gauche libérale libertaire et euromondialiste s’affligeait du spectacle risible et pitoyable qu’offre à ses adversaires une gauche française éclatée, dispersée, ventilée, dont les responsables s’étripent verbalement. Ne parlons même pas de la fracture avec les Insoumis mélenchonistes, partis, eux, chevaucher derrière leur chef […]

Jean Cochet

Pour poursuivre la lecture :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.