Le chineur français : René Huygue, une vie pour l’art

Ce sera à Drouot le 5 juin Je ne suis pas convaincu que le nom de René Huygue (1906-1997) parle à la génération Y et parlera à la génération Z. Je ne suis pas convaincu non plus qu’à l’Académie française, où il siégea pendant 36 ans, il laissera une trace aussi durable que – disons – Jean d’Ormesson. Et c’est […]

Francis Bergeron

Pour poursuivre la lecture :


Un commentaire sur “Le chineur français : René Huygue, une vie pour l’art

  1. Quand j’étais à l’université, trois hommes ont dominé mes découvertes intellectuelles: Jean Goguel, René Huyghe et, dans une moindre mesure, Pierre Paul Grassé. Des géants, que l’on pouvait écouter sans ciller pendant trois heures, et qui n’employaient pas un seul mot qui ne pût être compris du vulgum pecus, c’est-à-dire moi-même. J’ai toujours chez moi le livre de Huyghe, « Formes et forces ». Passionnant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.