Un jeune Polonais de 15 ans et son crucifix face à une marche LGBT, comme face aux Bolcheviques il y a 99 ans

De notre correspondant permanent à Varsovie – Reproduisant le geste du prêtre Ignacy Skorupko face aux Bolcheviques lors de la bataille de Varsovieen août 1920, bataille qui s’est soldée par ce que les Polonais appellent le « Miracle de la Vistule », c’est-à-dire la déroute de l’Armée rouge qu’ils attribuent à l’intercession de la Sainte Vierge, un jeune Polonais de quinze ans s’est dressé samedi dernier en brandissant un chapelet suspendu à un crucifix face à la marche LGBT organisée dans la ville de Płock, à une centaine de kilomètres de Varsovie. Les photos de cet adolescent debout seul face aux quelques centaines de militants LGBT protégés par la police, puis emmené par plusieurs policiers avec sa main droite cramponnée à son crucifix, ont fait le tour de la Pologne et pas seulement.

S’exprimant après son geste pour le site wPolityce, le jeune Jakub Baryłaexplique avoir eu cette idée dès qu’il a été question d’une « Marche des égalités » (nom donné aux « Marches des fiertés » en Pologne) dans sa ville de Płock, où une telle manifestation n’avait encore jamais eu lieu. Cette année, les organisations LGBT profitent du puissant soutien dont elles bénéficient de la part des multinationales et des ambassades occidentales pour organiser des gay pridesdans tout le pays. A Płockcomme il y a quelques semaines à Białystok, les quelques centaines de manifestants LGBT ont pour la plupart été amenés ou sont venus eux-mêmes d’autres villeset avaient en face d’eux de nombreux contre-manifestants. Il voulait, en reproduisant le geste du père Ignacy Skorupko en 1920, inciter les gens à la réflexion, mais avait ensuite renoncé par crainte des attaques dont il s’attendait à faire l’objet.

« Mais quand j’ai vu à la Marche des Égalités de Płock l’icône miraculeuse de la Vierge de Częstochowaavec une auréole arc-en-ciel, j’ai pensé qu’il fallait revenir à mon idée », explique l’adolescent. « J’ai demandé une croix à un prêtre d’une paroisse de Płock. Il avait peur que la Sainte Croix ne soit profanée par les athées, mais il m’en a confié une quand même. Je voulais qu’un maximum de gens voient mon geste. Je voulais les inciter à la réflexion et à la discussion. Après je me suis assis sur les pavés et je me suis mis à prier en latin avec les mots de la prière Salve Regina. J’adressais ma prière à la Mère de Dieu, l’idéal de la pureté. Des policiers se sont approchés et m’ont demandé de me lever. Je leur ai dit que je ne pouvais pas, parce que les participants à la marche [LGBT]attaquent ma foi catholique et profanent le drapeau polonais en y mettant un arc-en-ciel. »

Le jeune homme précise : « J’étais concentré sur la croix que je tenais dans la main. Je suis catholique, et je me concentrais donc sur Dieu, qui me donne de la force. » Puis il répond à ceux qui l’accusent aujourd’hui de vouloir se lancer dans une carrière politique qu’il souhaiterait en réalité devenir prêtre et que ceux qui expliquent son geste par son jeune âge n’ont probablement aucun argument raisonnable à lui opposer.

Olivier Bault

Un commentaire sur “Un jeune Polonais de 15 ans et son crucifix face à une marche LGBT, comme face aux Bolcheviques il y a 99 ans

  1. Bravo Présent pour cette info
    Et c’est bien de mettre un article en entier pour les internaute qui découvrent le e-journal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.