Des promesses non tenues

De notre correspondant au Québec. — En juin 2018, le populiste Doug Ford devenait Premier ministre de l’Ontario, succédant ainsi à la libérale Kathleen Wynne. Une des raisons expliquant ce succès électoral qui lui permit de rafler 40 % des voix était son opposition au controversé cours d’éducation à la sexualité imposé par Wynne, une militante […]

Remi Tremblay

Pour poursuivre la lecture :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.