Connexion
S'abonner

Relations Brésil-France – Macron, insulteur insulté

Les échanges entre les présidents français et brésilien ne volent pas bien haut, mais, s’il reçoit une volée de bois vert, Emmanuel Macron l’a bien cherché.

Les choses ont commencé quand le président français a traité son homologue brésilien de menteur au sujet de la protection de l’environnement, puis quand il a saisi l’opportunité du G7 pour s’ériger en défenseur d’une Amazonie en flammes (Présent du 24 août) qu’il voulait sauver des mains de l’incompétent et criminel Bolsonaro. Une attitude que le président brésilien a qualifiée de « mentalité colonialiste dépassée au XXIe siècle ».

Le président Bolsonaro et les Brésiliens n’ont pas tardé à renvoyer Emmanuel Macron dans ses cordes, lui rappelant qu’il n’avait pas su protéger Notre-Dame d’un incendie, et le traitant de divers noms d’oiseaux. Ainsi, le ministre brésilien de l’Education, Abraham Weintraub, a twitté : « La France est un pays d’extrêmes, avec de grands hommes comme Descartes ou Pasteur, c’est aussi celui des volontaires de la Légion Charlemagne. Un pays d’Illuminés [en référence au mouvement philosophique] et de communistes. Ce Macron n’a pas les épaules de sa fonction. C’est un abruti opportuniste qui recherche l’appui du lobby agricole français. »

Puis les choses ont quelque peu « dérapé » avec un tweet malencontreux d’un Brésilien comparant les épouses Macron et Bolsonaro, un tweet que Bolsonaro aurait commenté ainsi : « Arrête d’accabler le pauvre type – lol ». Un dérapage qui a permis à Macron de jouer les effarouchés et d’en remettre une couche en dénonçant les propos « extrêmement irrespectueux » de Bolsonaro envers son épouse. Sauf que nous nageons dans l’infox. Ainsi que l’a montré Yves Daoudal, le premier compte Twitter est un faux compte, créé pour l’occasion, et le compte attribué à Bolsonaro est tout aussi faux… Et Yves Daoudal de conclure : « Pour le moment, le vrai Bolsonaro n’a pas réagi. S’il ne le fait pas, on verra où est la dignité. Et s’il le fait avec humour, on se prépare à s’en amuser… »

Résultat de la brillante diplomatie macronienne, le Brésil refuse de considérer l’offre de 20 millions de dollars du G7 pour la forêt amazonienne tant que le président français n’aura pas publiquement retiré « ses insultes ».

Manifestement, Macron et son gouvernement ne se rendent pas compte du mépris qu’ils montrent pour tout ce qui n’appartient pas à leur cercle, Français et nations qui ne marchent pas dans leurs clous. Les Gilets jaunes, au travers d’une répression physique et judiciaire inouïe, savent bien ce qu’il en coûte de dénoncer ce mépris et cette arrogance, une dénonciation, qui plus est, qui ne remonte généralement pas puisque censurée par les médias. Macron a eu tort de s’attaquer à Bolsonaro du haut d’une grandeur française qu’il ne possède pas et ne représente pas. Bolsonaro et les Brésiliens ne sont pas prêts à supporter un mépris qui déconsidère celui qui le professe, et n’ont que faire de lui, de ses menaces de bloquer l’accord avec le Mercosur et de ses Le Drian. L’Amérique latine est empreinte de culture macho, on sait quand on entre dans l’arène, on ne sait pas quand on en sort. Le problème dans cette escarmouche est qu’Emmanuel Macron, en enfant gâté et entêté qu’il est, ne se rend pas compte qu’avec son attitude, c’est toute la France qu’il salit aux yeux du monde. •

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !