Avec vous, avec Présent. Pour développer notre esprit de conquête

Nouvelles du CLAP

Le CLAP est le Club des Lecteurs et Amis de Présent. Il se veut trait d’union entre la rédaction de Présent et ses lecteurs.


C’est à nouveau un appel à l’aide que nous lançons aujourd’hui, un appel pour le développement absolument nécessaire de Présent, pour faire évoluer votre quotidien, en faire bien autre chose que le témoin navré d’une décadence économique et d’une dérive sociétale, pour accentuer son rôle de pivot de la réinformation, et de la progression de nos convictions, de nos valeurs, sur le triple plan politique, culturel et spirituel. Présent n’a d’avenir, n’a d’utilité que dans cette voie.

Depuis près de quarante ans, Présent décrit la France et le monde d’aujourd’hui. Certains de nos amis nous disent qu’ils ont cessé de lire Présent il y a dix ans, quinze ans, ou qu’ils n’ont pas pris la succession de leurs parents dans l’abonnement familial, parce que Présent se contenterait trop souvent de raconter ce qui ne va pas : la PMA et bientôt la GPA, Zemmour censuré, le grand remplacement, les persécutions des identitaires, les crimes islamistes, etc. Cette réalité, nous ne pouvons pas la cacher. Mais Présent se situe déjà dans une autre logique que celle d’un état des lieux morose voire affligeant. Présent apporte aussi chaque jour son lot de bonnes nouvelles : livres, expositions, films et pièces de théâtre, initiatives comme, par exemple, ce monument érigé à Orange, ou cette statue, à Menton, évoquée dans notre numéro de samedi. Présent n’a d’ailleurs de sens que s’il participe à un travail global de conquête, de formation des esprits, que s’il soutient les bonnes initiatives, que s’il se situe résolument au cœur du mouvement de renouveau qui souffle actuellement.

C’est le grand projet de votre Présent 2020 : pousser plus loin notre implication et celle de nos lecteurs dans les voies où souffle l’esprit. Et pour ce projet, plus que jamais, nous avons besoin de vous. Comme tous les ans, à la même époque, les comptes de Présent sont assez catastrophiques. Chaque année nous terminons dans le rouge, et ce sont vos dons, directs ou via Presse et pluralisme (défiscalisés), qui permettent à votre quotidien de tenir le coup. Faire un quotidien dans la limite d’un chiffre d’affaires à peine supérieur à un million d’euros tient en effet du miracle. Et c’est comme cela depuis presque quarante ans.

Pourtant Présent doit être plus que jamais dans l’action, sur le terrain, en même temps qu’il est dans l’information et le commentaire.

Multiplier les rencontres avec les lecteurs : nous étions en septembre à Orange. Nous serons en décembre à Nancy, et peut-être en février en Vendée. Chaque rencontre est un atout dans le développement de l’interactivité entre rédaction et lecteurs. Nos lecteurs sont les premiers et même les seuls vrais commerciaux de Présent. Ce sont aussi des pourvoyeurs d’information. Ces rencontres sont donc précieuses pour tisser et renforcer nos liens.

Construire des partenariats radio et télévision : nous devons construire un véritable pôle médiatique de la réinformation. La complémentarité est évidente avec des médias comme TVLibertés. Ce pôle doit se renforcer en multipliant les actions communes. Nous y travaillons. Ce partenariat peut aussi concerner des sites, et des revues comme nous le faisons déjà avec la revue littéraire Livr’arbitres.

Promouvoir le livre et la lecture : le prix des Lecteurs et Amis de Présent, qui sera décerné pour la deuxième fois, en janvier prochain, a pour but de mettre en valeur les livres les plus percutants de notre famille d’idées. Auteurs, libraires, diffuseurs, et lecteurs, bien entendu, devraient tirer le meilleur parti de cette initiative de Présent, si chacun en saisit l’enjeu, et contribue à sa réussite.

Soutenir les équipes municipales qui partagent nos valeurs : les municipales de mars prochain sont une formidable occasion de mettre en valeur les avancées notamment culturelles des municipalités sortantes, et d’illustrer le mouvement de reconquête de notre identité, qui traverse notre pays. Présent va réaliser un tour de France de ces municipalités libérées ou à libérer. Nous le raconterons dans les pages du quotidien, et par le biais de nos deux hors-série de janvier et de mars.

Un quotidien pour la « génération Millenium » : les lecteurs de Présent ont pris de l’âge avec leur quotidien. C’est une belle preuve de fidélité, mais il faut faire découvrir le journal aux générations du XXIe siècle. Notre partenariat avec l’ISSEP de Marion Maréchal, une communauté de vue avec des mouvements comme Academia Christiana, la Cocarde étudiante, etc. devraient faire prendre conscience que Présent est un parfait outil pour relayer leurs activités.

Augmenter notre visibilité : il y a plusieurs bonnes librairies, à Paris (la librairie Duquesne, La Librairie française, Librairie Notre-Dame, notamment). Toutes vendent d’ailleurs Présent. Mais La Nouvelle Librairie, au cœur du Quartier latin a ceci de particulier qu’elle joue la visibilité dans un environnement théoriquement hostile depuis 1968. Notre propre visibilité doit être renforcée, aussi, sans crainte des risques. Pour Présent, la visibilité, c’est notre présence en kiosque, alors même que les bénéfices des ventes en kiosque restent très marginaux. Nous devons la faire croître.

Et pourquoi pas un quotidien du 7e jour, diffusé le dimanche et le lundi ? Nous y avons pensé, nous en avons parlé. Mais pour cela il nous faut un ou plusieurs partenaires. Plutôt que de publier un magazine toutes les deux ou trois semaines, comme le font certains de nos amis, ne serait-il pas possible de regrouper nos moyens pour nous imposer, ensemble, en tant que « quotidien du 7e jour » ? Actuellement les « quotidiens du 7e jour », nationaux ou provinciaux, le plus souvent couplés avec un quotidien, sont les seuls qui connaissent une croissance de leur diffusion. Mais Présent ne peut s’engager seul sur ce terrain. Convaincre des partenaires, monter un projet, tout cela demande du temps et de l’argent.

Et pourquoi pas des voyages des amis de Présent ? Cela a été fait occasionnellement. Le dernier, en Arménie, il y a cinq ans, avait été passionnant. L’initiative mériterait d’être relancée.

Comme vous le constatez, nous ne manquons pas de projets. Mais ces projets nécessitent un effort financier exceptionnel. Encore une fois, nous n’avons que vous. Nous vous demandons cet effort exceptionnel pour votre quotidien. Nous ne pouvons nous contenter de jouer le rôle de tocsin de la décadence, nous devons positionner Présent au cœur du combat des idées. Nous ne pouvons le faire qu’avec votre aide financière. •


Je m’engage pour l’avenir de Présent, je fais un don !

Francis Bergeron

3 commentaires sur “Avec vous, avec Présent. Pour développer notre esprit de conquête

  1. Clap clap clap pour cette initiative.

    Je vois plusieurs questions :

    – les lecteurs du Présent-papier sont ils les mêmes que ceux du e-journal ?

    Selon la réponse (faire un qustionnaire), la stratégie pour le e-journal sera différente.

    – un e-journal payant est il possible ?

    Certainement pour les lecteurs hors métropole. Dans ce cas il contient tous les articles du jour.

    Mais pour les autres ? Il me semble qu’on va peu voir un e-journal s’il ne publie que quelques lignes. ( ce qui explique peut être qu’il n’y a pratiquement pas de commentaires. ) Il n’y a rien de plus frustrant que de n’avoir accès qu’à quelques lignes. A mon avis. Surtout s’il y a peu de commentaires.

    Une solution serait elle d’avoir deux versions de e-journal : la version complète pour les e-lecteurs payants.

    Et une e-version réduite, gratuite mais avec des articles qui ne soient pas tronqués. Car des internautes qui trouveraient Présent dans une recherche sur le net seraient très déçus en trouvant un article tronqué !!!

    – faut il viser à avoir beaucoup de commentaires ?

    Pour un journal militant cela parait souhaitable. Se posera la question de la modération des commentaires si le volume devient élevé, car nous ne sommes pas aux usa (1er Amendement). Les commentaires peuvent être fermés après un certain nombre de commentaires et/ ou de jours.

  2. Je donne une suite à mon papier en citant un exemple :

    J’apprécie http://www.thenewamerican.com
    Il me tient informé des grands problêmes des usa et
    du monde. C’est un journal conservateur (droite) et chrétien.

    Regardons son format :

    15 sujets intérieures et internationaux : tous sont des sujets importants ou très importants.

    Et 3 chroniques de chroniqueurs extérieurs au journal renommés : Ron Paul, Pat Bucchanam …

    Les sujets sont renouvellés au nombre de 1 par jour ou tous les 2 jours. Certains peuvent rester plusieurs semaines en lignes. Les articles peuvent être courts ou longs et ils traitent leur sujet complêtement.

    Les chroniques restent quelques semaines.

    Je n’ai pas eu le périodique entre les mains mais il est vraisemblablement de contenu plus fourni que la version électronique.

    Si vous allez dans ” shop ” vous trouvez les offres d’abonnement pour 1,2,3 années :

    Versions électroniques et papier : 59 dollars / 1 an
    Version papier : 49 dollar / 1 an
    version electronique : 12 dollar / 1 an

    La version électronique est bon marché et on comprend tout de suite que son but est d’attirer l’internaute vers l’achat de la version papier.

    Dans cette configuration la version electronique est simple à fabriquer, de qualité et non tronquée, bon marché et inévitablement elle donne envie de s’abonner à la version papier, à l’internaute qui est en phase avec les contenus de l’électronique.

    J’ai pensé que cette stratégie pourrait vous intéresser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.