Le Brexit forcé de passer par le purgatoire

Responsable des relations avec le Parlement, le conservateur pro-Brexit Jacob Rees-Mogg répondait au président de la Chambre des communes John Bercow, un anti-Brexit confirmé. Celui-ci venait d’affirmer que le Brexit était dans les limbes après les débats mouvementés et les votes contradictoires de mardi, mais pour le catholique Rees-Mogg la loi sur la sortie de […]

Olivier Bault

Pour poursuivre la lecture :


2 commentaires sur “Le Brexit forcé de passer par le purgatoire

  1. Absolument tout est fait depuis 2016 pour bafouer la décision prise démocratique ment par referendum en 2016 de quiter l’état fédéral européen.

    Car des élus et des non élus n’ imaginent toujours pas qu’un pays puisse librement décider d’en sortir. Alors que cette possibilité est statutaire et peut être exercée librement par un pays, sans en faire un divorce pour fautes.

    C’est la négation de la démocratie puisque les opposants à la décision du Brexit prise en 2016 créent des obstacles toujours nouveaux, au Royaume-uni, et dans l’État fédéral :

    – aux Communes on fait voter un amendement au traité de sortie, pour obliger l’Exécutif de demander d’abord un nouveau délai à l’UE avant de voter !
    Un parlementaire (conservateur !) avec l’appui biaisé du Speaker travailliste Bercow des Communes a ainsi fait rejeter le traité des Exécutifs londoniens et bruxellois. Plus de 3 ans de travail interdit de discussion aux Communes, jusqu’à nouvel ordre de Bercow…

    – côté Bruxelles, un membre du bureau politique décide qu’on … attendra le vote des Britons sur le traité pour se prononcer sur un éventuel délai ! Donc le processus de sortie était bloqué et ce petit jeu pouvait durer …

    – pas question de voter une deuxième fois sur le traité, décide ensuite lundi le Speaker des Communes un tantinet partisan !

    Alors à quoi sert notre Parlement … se demande l’électeur briton (futur populiste dans ces conditions ?)

    – 110 pages c’est trop long à lire et dure à comprendre ! dirent des parlementaires anti-brexit. Les pauvres n’ont que cela à faire. Et leurs assistants ont déjà tout décortiqué.

    – puisque c’est ça, nous on quittera le Royaume-Uni, disent des indépendantistes écossais !

    – moi non plus je suis très mécontent, dit le dirigeant du parti conservateur unioniste de l’Ulster et je voterai contre !

    – de toute façon il faudra que le traité soit ensuite accepté par le Parlement européen, dit un eurocrate du bureau politique de Bruxelles !

    – et s’ils veulent un délai il leur faudra payer un supplément de 10 milliards, ajoute un autre !

    A chaque jour ses obstacles tous moins constitutionnels que plus et dans une cacophonie honteuse. Or le peuple britannique a voté : “ on a décidé de sortir, donc on sort “ et que grâce à la pugnacité de Bojo les Exécutifs de Londres et de Bruxelles ont enfin établi un Traité, avant le dernier délai du 31 octobre 2019.

    – Ich vouloir délai dit Frau Merkel ! Bien sûr pour reporter encore le Brexit …

    – Moi pas vouloir délai dit l’homme de l’Elysée !

    – oh cela dure depuis trop longtemps pour moi dit le Juncker non élu. Je suis fatigué … En effet c’était si simple avec les peuples que l’on faisait revoter, ou désavouer par leur parlement (français)

    Donc lees ennemis de la démocratie : technocrates non élus tout puissants et petits chefs élus ( Bercow …) jouent à faire perdre la face au Premier ministre de la 5ème puissance mondial, et donc aux peuples britanniques. Et à épuiser l’Exécutif britannique…

    Rappelons qu’en Grande Bretagne les policiers ne sont pas armés. Ce qui veut tout dire du civisme britannique.

    Bojo a de la résistance et toujours combat :

    – les Communes acceptent mardi le Traité donc Bojo triomphe, … mais les parlementaires refusent une application au 31/10 : l’acceptation est reniée car le délai n’est pas fixé ! Les Communes se moquent donc de l’Exécutif.

    Dans tout cela c’est la démocratie britannique qui en prend un coup. Puisque depuis 2010 et à cause de Blair le menteur, la Reine ne peut plus dissoudre le Parlement. Seul le Parlement peut se dissoudre lui même : le Labour bloque tout !!!

    Ce n’est pas un purgatoire mais des tentatives d’assassinats quotidiennes !

  2. Do or die ! ( avant le 31 octobre ) disait Bojo.

    Si Bojo n’obtient pas le deal ( c’est le cas) ou ne fait pas un no-deal avant le 31 / 10 il perdra la partie.

    Il a tout à perdre à ne pas tenter le no-deal, même au risque d’être retoqué par cette fausse  » cour  » suprême inventée par Blair le menteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.