Biermann ou la quête de saint Marx

Le 19 octobre, Francis Bergeron dénonçait ici « ces cocos qui ne regrettent rien, à part le mur » de Berlin, finalement tombé voici trente ans. Faut-il assimiler à ces nostalgiques l’illustre Wolf Biermann, poète, chanteur et docteur honoris causa de maintes universités ? Force est de constater que son gros livre Ma vie de l’autre côté du mur (1) n’est […]

Camille Galic

Pour poursuivre la lecture :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.