Quand meurt un journal… communiste

Le quotidien régional L’Echo-La Marseillaise (ex-Marseillaise du Berry) a fermé mercredi. Sur la porte de ses locaux, à Limoges, le journal affiche : « L’Echo vaincu par le libéralisme », « Ci-gît le pluralisme de la presse ». Peut-on comparer le sort de ce journal communiste à celui de Présent ? Pas vraiment. L’Echo-La Marseillaise est mort, faute de lecteurs, après avoir survécu […]

Francis Bergeron

Pour poursuivre la lecture :


Un commentaire sur “Quand meurt un journal… communiste

  1. Je me répète encore une fois. Nos gouvernements, presque tous les élus, sont de plus en plus des enfants de la république, de cette république qui se veut suite active de la révolution française. Les buts poursuivis depuis les origines de cet esprit révolutionnaire sont de réduire, par tous les moyens, les obstacles à la domination de cet esprit révolutionnaire; ces obstacles sont la famille et l’église catholique, ainsi que tous les appuis de l’une et de l’autre.
    Présent a tous les défauts et il faut donc éliminer Présent par les voies démocratiques.
    Personne ne le saura, ou si peu !J

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.