Sainte Maxellende, vierge et martyre (670)

Maxellende était née au temps de saint Aubert, évêque de Cambrai. Ses parents avaient pensé pouvoir accepter la demande en mariage de Maxellende que leur avait adressée un noble franc, Hardouin. Maxellende s’y opposa, mais ses parents jugeant qu’il était trop tard pour refuser l’emmenèrent au placitum, l’assemblée où les fiançailles eurent lieu. Hardouin paya […]

Abbé V.B.

Pour poursuivre la lecture :

Je m'inscris à la newsletter de Présent
ou bien


Un commentaire sur “Sainte Maxellende, vierge et martyre (670)

  1. C’est une sainte monsieur l’abbé. Qu’y a-t-il de saint dans l’histoire que vous nous contez-là ?

    Quel paradoxe, de découvrir sur Wikipedia un récit beaucoup plus chrétien :

    « Maxellende, dès ses premières années, montra des dispositions à la vertu. Elle aimait se retirer pour prier. Elle est promise à Harduin d’Armeval, futur seigneur de Solesmes. S’étant consacré au Seigneur, elle se cacha pour échapper à son fiancé. Harduin, vexé,chercha à l’enlever. Il la retrouva et la massacra avec son coutelas, le 13 novembre 670. Son assassin en devint aveugle.

    […] Quelques années après, les ossements de Maxellende sont ramenés en cortège à Caudry. Harduin est sur le passage du cortège. Lorsqu’il passe devant lui, il éclate en sanglots, pleure et recouvre la vue. Le fait qu’Harduin ait recouvré la vue est un miracle et les ossements de Maxellende deviennent des reliques. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.