Union sacrée derrière ‟Présent”

Chers amis,

Je me permets de vous envoyer le numéro de Présent du jour qui lance une alerte urgente pour sa survie. L’Etat vient d’annoncer que Présent ne bénéficiera pas de la subvention 2019 allouée à la presse d’opinion à faibles revenus publicitaires (entendez : non assujettie aux grands groupes financiers mondialistes). Les arguments avancés sont dignes de la république dans laquelle nous vivons : purement totalitaires. Il est impossible, à moins d’avoir ses entrées au ministère de la Culture ou de siéger dans la même loge que les membres du cabinet du ministre ou les représentants du syndicat de la presse, de rentrer dans les clous permettant de répondre à ces critères.

140 000 euros de trou dans les caisses.

C’est la mort assurée du seul quotidien libre, défendant nos idées et qui ne met pas sa croix sous le boisseau (chronique religieuse quotidienne, pages Dieu Premier Servi, pèlerinages sur les pas des Martyres d’Orange ou de Saint Nicolas, consécration au Sacré Cœur…).

Je sais, il y a les querelles de personnes. Il y a les fines bouches qui cessent d’acheter ou de s’abonner à un journal parce qu’il y a une ou deux lignes qui leur déplaisent. Y a-t-il œuvre parfaite sur cette terre ? En son temps, dans les colonnes de l’Action française, Charles Maurras vantait les armées de la Convention, voyait en Clemenceau un grand serviteur de la Patrie. Rebatet, Brasillach ou d’autres allaient voir ailleurs. Est-ce pour cela qu’il fallait brûler l’AF ou se réjouir de sa condamnation par l’Eglise heureusement levée en 1939 ?

Peut-on se désintéresser, voire pire, se réjouir de la disparition programmée de Présent sous quelque prétexte que ce soit ? NON, mille fois NON !

Les espaces de liberté se réduisent à vue d’œil dans notre pays. Jamais l’information n’a été autant manipulée et la vérité relativisée.

Alors, allons-nous laisser disparaître le seul quotidien encore libre ? Si Présent meurt, il ne renaîtra plus et 40 ans d’efforts disparaîtront.

Je n’imagine pas un seul instant que cela puisse se produire, que l’Etat ait raison de cette belle œuvre.

Union sacrée derrière Présent ! •

Yann Baly

« Tout homme qui dirige, qui fait quelque chose, a contre lui ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui font précisément le contraire, et surtout la grande armée des gens d’autant plus sévères qu’ils ne font rien du tout. » – Jules Claretie

Présent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.