Retraites : ce que la droite devrait défendre

La chronique de Julien Langella.  Retrouvez tous les samedis les réflexions inspirées par l’actualité à Julien Langella, co-fondateur de Génération identitaire et membre d’Academia Christiana. Dans notre modernité dégénérée, tout est gros : les droits de succession, le nombre d’immigrés, l’ego d’Emmanuel Macron, les marchés financiers… Nous crevons du gigantisme. Le mode de gestion des retraites […]

Présent

Pour poursuivre la lecture :


5 commentaires sur “Retraites : ce que la droite devrait défendre

  1. Les usines poussent-elles comme des champignons ? Je crois plutôt qu’elles sont construites et appartiennent donc à ceux qui y ont investi leur épargne.
    Quant aux ouvriers, leur labeur est rémunéré au prix du marché, comme leur pain. L’usine a de la valeur parce qu’elle les rend plus productifs, ce qui suffit à garantir le progrès pour tous.
    Épargne, investissement, productivité, tel est le cycle vertueux qui dissout la pauvreté et paie les retraités, si on le laisse exister. Mais comment protéger l’épargne contre la convoitise des puissants ? Telle est la seule différence entre pays riches et pauvres: les premiers ont mieux su défendre la propriété, c’est-à-dire la loi naturelle, où providentielle.
    Les sociétés de secours mutuel sont une approche de la solidarité face aux aléas. En l’absence de contrainte elles sont vertueuses. Mais la vieillesse n’est pas imprévisible. Il faut la préparer par l’investissement productif qui assure l’existence des ressources voulues.

  2. J’ajouterais, en complément de cet article, que la sécurité sociale existait en France avant 789, qu’en effet, que les corporations avaient des caisses de secours, que tous les rois de France, de Clovis er à Charles X, soignaient et guérissaient gratuitement les lépreux, que louis XIV a ouvert un hôpital militaire, les Invalides, dues au génial français Jules-Hardouin Mansart, que Louis XIV offrit la retraite aux marins militaires français, qui sera supprimée en 1789, que, sans rien mettre à la place, les corporations, les caisses de secours d es corporations, donc, la sécurité sociale ont été supprimées en 1791, que les Napoléon, Robespierre, les directeurs du directoire, tous les présidents français du Conseil, tous le s présidents français de la république ont guéri personne, que Guillaume 1er, le prince Otto von Bismarck, en 1883, ont apporté à l’Allemagne, donc, à l’Alsace, qui était allemande, à la Lorraine allemande, donc, le consensus social, la sécurité sociale alors que la sécurité sociale ne reviendra dans les autres provinces françaises qu’à partir de 1898, ont apporté à l’Allemagne, donc, à l’Alsace, qui é tait allemande, donc, à la Lorraine allemande, en 1887, le remboursement des accidents du travail, alors que les autres provinces françaises ne l’auront qu’en 1898, que Guillaume II, le prince Otto von Bismarck ont apporté à l’Allemagne, donc, à l’Alsace, qui était allemande, donc, à la Lorraine allemande, la retraite alors que les autres provinces françaises ne l’auront qu’en 1892, que Mitterrand a institué la franchise, somme que les français doivent payer à l’hôpital quand il s y vont, que Hollande, Macron ont augmenté la CSG, diminué la retraite, diminué les sommes destinées aux urgences, EPHAD, maisons de retraite, aux hôpitaux, les nombres d e soins remboursés et que de l’autre côté l’argent public, l’argent de la sécu est gaspillé par le remboursement de la pilule depuis 1967, le remboursement de l’avortement depuis 1974, le regroupement familial depuis 1974, l’AME remboursant les soins médicaux des clandestins, coutant aux contribuables français 1 milliard d’euros par an, institué par Hollande, le logement sur l’argent des contribuables français d e s migrants commencé par Hollande, continué par Macron, le salaire et le bureau aux frais des contribuables de la femme du président institué par Mitterrand, la retraite du président payé par nos impôts institué par de Gaulle

  3. Précisons aussi que Lucet a été assassiné par Mitterrand et sa ministre Lalumière pour avoir tenté de mettre de l’ordre aux caisses de la sécurité sociale de Marseille. Voir à ce sujet le très bon livre ” L’ affaire Lucet” par Jean Montaldo.

    1. J’ai parcouru le livre de Montaldo il ne dit pas que Mitterrand ou sa ministre ont fait assassiner René LUCET??…..Mais il dit que les socialistes n’ont pas soutenu la volonté de Lucet mettre de l’ordre au caisse de la sécurité sociale de Marseille…En revanche il semble que la mort ou “le suicide” de Lucet soit plus lié à ses liens avec des maffieux ou du SAC…La vérité est la vérité Olivier….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.