Les confessions d’un gangster de la prohibition

Le premier roman de James Carlos Blake, L’Homme aux pistolets (paru en 1995), était consacré à un hors-la-loi de légende (peu connu en France pourtant), John Wesley Hardin. Un choix normal pour quelqu’un qui, comme lui, a été nourri très tôt aux westerns et aux films noirs. Cet intérêt – voire une certaine fascination – pour […]

Alain Sanders

Pour poursuivre la lecture :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.