Connexion
S'abonner

Canada : Trudeau finance la contestation de la loi sur la laïcité

De notre correspondant au Québec. – Le Canada est officiellement une confédération se basant une séparation claire des pouvoirs entre les provinces et le palier fédéral. Ainsi, si certaines décisions relèvent d’Ottawa, d’autres sont prises dans les parlements provinciaux et le premier ministre canadien, qu’il soit en accord ou non, n’a pas son mot à dire sur celles-ci.

Ce concept de séparation des champs de compétence échappe à Justin Trudeau qui a dénoncé à plusieurs reprises la Loi 21 bannissant les symboles religieux dans l’exercice de certaines professions au Québec. Il n’a pas le pouvoir de renverser la loi directement, mais il est déterminé à tout faire pour l’abroger. Son dernier coup en date : l’octroi de 250 000$ à la Commission scolaire English-Montréal pour couvrir les frais juridiques de deux contestations judiciaires qu’elle a intentées contre le gouvernement du Québec.

Le premier ministre François Legault a réagi vertement, affirmant sans détour que « Justin Trudeau insulte les Québécois en finançant un recours contre cette loi qui interdit les signes religieux, qui est appuyée par une majorité de Québécois ! »

Devant le tollé médiatique soulevé par cette ingérence d’Ottawa dans les affaires québécoises, la Commission scolaire annonça avoir renoncé à employer la somme versée par Ottawa, mais affirme qu’elle continuera sa bataille juridique contre la Loi 21, une bataille qui lui a déjà coûté une somme de plus de 300 000$ provenant des taxes scolaires, qui ont ainsi été employées à des fins politiques.

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !