Saint Antoine Cauléas, patriarche (901)

Les parents d’Antoine, originaires de Phrygie, s’étaient retirés dans le voisinage de Constantinople par crainte des iconoclastes et pour servir Dieu en une tranquille solitude. Privé de sa mère alors qu’il était enfant, il demeura sous la garde de son père. A 12 ans, on le plaça sous la direction d’un saint abbé, et il montra un grand attrait pour la contemplation, l’étude des Saintes Ecritures et les cérémonies du culte. Antoine, élevé à la prêtrise, malgré ses résistances, eut bientôt la charge d’abbé, et son père voulut se faire moine pour se placer sous sa conduite. Sa réputation alla jusqu’à Constantinople ; en 888, à la mort du patriarche Etienne, il fut élu à sa place. Rien ne diminua dans ses austérités ; il travailla au contraire à pratiquer une humilité plus profonde. Pour rétablir la paix à la suite du schisme de Photius, il employa toute sa charité. Au cours de sa dernière maladie, il ne cessa de prier pour son peuple. •

Abbé V.B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.