Connexion
S'abonner

Philippe Vardon : « Retrouver Nice »… en battant Estrosi

Entretien 

Tête de liste du Rassemblement national à Nice, Philippe Vardon mène sa campagne tambour battant face à un maire sortant, Christian Estrosi, qui a « clientélisé » – plutôt que fidélisé – ses électeurs.

— Même vos opposants les plus farouches reconnaîtront que vous êtes un combattant infatigable de l’identité niçoise ; dans quel état d’esprit abordez-vous ce scrutin municipal ?

— Avec beaucoup de sérénité… et de détermination ! De sérénité tout d’abord, car en réalité cela fait des mois que nous sommes en campagne – j’ai annoncé ma candidature dès le mois de juin – et peut-être même des années. Vous avez évoqué mon attachement à ma ville, et au fond j’ai le sentiment que nous nous préparons à cette bataille depuis longtemps. J’ai aussi la chance d’avoir une équipe très solide, et nous avons encore vu de nouveaux éléments de qualité nous rejoindre au cours des semaines écoulées, notamment dans le cadre des travaux de fond sur notre projet municipal. Avec beaucoup de détermination aussi, car je sais tout le mal que la politique menée par Christian Estrosi a fait à Nice et aux Niçois. Nous sommes clairement installés dans un duel, non pas tant entre deux hommes, ce qui n’aurait pas grand intérêt, mais en réalité entre deux visions de l’avenir de notre cité.

— Christian Estrosi semble marcher sur un tapis rouge vers sa future réélection, le dernier sondage lui donnant de 49 à 51 % des voix. Comment expliquer de telles prévisions alors que vous dénoncez un « bilan catastrophique » ?

— En réalité Christian Estrosi a toujours été donné très haut en sondage, et en général il y a un différentiel important avec le résultat. Pour autant, oui, c’est vrai, il parvient à se maintenir à un niveau élevé qui ne correspond pas à la réalité de son bilan. Ce score est le fruit d’un clientélisme effréné, reposant sur une utilisation malsaine de l’argent public notamment à travers les associations (on a parfois le sentiment que certaines associations sont subventionnées parce qu’elles aident le maire et non parce qu’elles aident les Niçois…), et sur une intense propagande. Christian Estrosi a bétonné à outrance la ville, mais parle de « ville-jardin ». Christian Estrosi a installé des mosquées liées à l’UOIF islamiste dans des locaux municipaux mais dénonce « la cinquième colonne islamiste ». Des quartiers entiers sont désormais sous la coupe des dealers mais Christian Estrosi continue de se présenter comme un grand artiste de la sécurité. Christian Estrosi a fait exploser les impôts des Niçois, avec + 52 % de taxe foncière en dix ans, mais il tente de le faire oublier à travers des pages de publicité institutionnelle dans le quotidien local affirmant le contraire. Il n’a à affronter aucun contre-pouvoir médiatique ou citoyen, et nous incarnons clairement la seule opposition. D’ailleurs, nous avons nous-mêmes lancé pour cette campagne un Journal des municipales, puisque certaines vérités ne sont dites dans aucune autre publication… Distribué à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires, comme un journal gratuit, il a fait grincer des dents du côté de la mairie.

— Votre slogan de campagne est « Retrouver Nice » : pourquoi ne reconnaissez-vous plus la ville dans laquelle vous êtes né ?

— En fait, ce slogan est une réponse, car c’est justement ce que j’entends le plus souvent de la part des Niçois : « Je ne reconnais plus Nice. » Et oui, petit à petit Nice perd son caractère, son âme et donc aussi son charme. Le projet estrosiste n’est pas la ville-jardin comme il le prétend, mais la ville-monde. Le rythme effréné de développement qu’il impose, les nouvelles constructions et même les nouveaux quartiers, les grands ensembles de béton : tout cela fait que peu à peu Nice devient une métropole comme une autre. Je ne crois pas que ce soit ce que les Niçois souhaitent réellement, c’est en tout cas ce que je combats.

— Au-delà de l’insécurité et du communautarisme, vous dénoncez la bétonisation conduite par Christian Estrosi, le RN aurait-il fait son virage écologiste ?

— Je crois en réalité que la préoccupation environnementale – au sens le plus large d’ailleurs – fait partie de l’ADN politique de notre mouvement. J’ai passé beaucoup de temps au siège pendant la campagne des élections européennes que je co-dirigeais, et je suis tombé un jour sur une plaquette du FN datée de la fin des années 1970 et consacrée à la question énergétique ! Dans les années 1990, en Ile-de-France, notre mouvement bataillait contre la déforestation. Au-delà de cette antériorité, je crois aussi que nous sommes les seuls à faire preuve de cohérence dans le domaine. Couplant localisme et protectionnisme, notre projet est bien plus cohérent que celui de ceux qui prétendent sauver la planète tout en signant des accords de libre-échange avec le monde entier, ou encore de ceux qui veulent préserver les écosystèmes en oubliant que les peuples, les nations, les civilisations en sont aussi et participent à la beauté et à l’harmonie du monde.

— Cette campagne 2020 aura été marquée par le grand nombre de candidatures RN et aussi… par un plus grand professionnalisme. Un travail d’implantation pour préparer durablement les succès de demain ?

— Je crois profondément à l’implantation locale comme terreau des victoires à venir, et c’est d’ailleurs un des éléments qui m’avait séduit très tôt dans le discours de Marine Le Pen, avant même qu’elle ne soit à la tête du parti. Aujourd’hui, sur le terrain comme dans les médias ou les débats, les résultats de nos municipalités sont le meilleur des arguments. Ainsi, si 2014 a marqué une étape importante à travers le développement d’un intense maillage et les victoires dans plusieurs villes, je crois que c’est clairement dans cette direction qu’il faut poursuivre pour imposer le RN comme un grand mouvement des terroirs et des territoires. •

Propos recueillis par Pierre Saint-Servant

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !