Les hôpitaux appellent à l’aide

Improvisation extrême En période des impôts, une note du gouvernement nous explique avec délicatesse ce que le gouvernement va faire de notre argent. Et c’est ainsi que nous sommes, chaque année, informés que la protection sociale, la santé, la sécurité des Français, représentent les plus importantes dépenses de l’Etat. Rassurant ! Mais quelle surprise quand on […]

Francis Bergeron

Pour poursuivre la lecture :

Je m'inscris à la newsletter de Présent
ou bien


3 commentaires sur “Les hôpitaux appellent à l’aide

  1. http://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2020/03/18/covid-19-fin-de-partie-305096.html

    lisez ce très long article fort documenté et calme.
    voyez sur youtube les videos du Docteur RAOULT.

    Vous ne serez plus le même après cette lecture.

    Nous aurons un infini grand mal à redémarrer après la fin de notre drame national. Combien d’entreprises valides résisteront à la pression de tous les services de l’Etat?

    Amateurisme et copinage aux plus hauts degrés font la fortune -provisoire- de ceux qui tirent les ficelles de notre drame national.

  2. Comme par hasard, le seul fabricant de chloroquine en France est en redressement judiciaire :

    https://youtu.be/-dYTbSFczZ8

    Mais aux USA la chloroqinine soigne le coronavirus chinois :

    https://www.thegatewaypundit.com/2020/03/actor-daniel-dae-kim-credits-anti-malaria-drug-hydroxychloroquine-in-his-recovery-from-coronavirus-video/

    *

    Puisque les hôpitaux du public sont saturés, détruits par les politiques des médiocres gouvernants ( 1 ) il suffirait de faire appel aux hôpitaux privés et aux cliniques privées. Ils se sont manifestés en vain : zéro retour du ” ministre “.

    Il est temps, sinon trop tard, pour comprendre que le socialisme a détruit la France. Notre royal pays est sur la voie qui mène à la misère des pays communistes : Macron bientôt Maduro ?

    ( 1 ) saturés par le remplacement de population ou vendus aux promoteurs du luxe comme c’est le cas pour le 1/3 de l’Hôtel Dieu.

  3. Mon témoignage :

    Il y a quelque temps j’ai du aller aux ” urgences ” d’un hôpital en banlieue. Rien à voir avec celle d’un CHU parisien qui me reçut il y a plus de 10 ans.

    Arrivé à 17 heures je n’ai été ausculté qu’à 23 heures. Mais je n’étais pas dans la salle d’attente. Placé dans une pièce jouxtant une grande pièce réservé aux personnels soignants, j’ai pu les entendre discuter fort, plaisanter, s’amuser, sortir de temps à autres pour intervenir sur des cas très graves … mais sans se presser, aller et venir avec boissons et sandwichs, etc. J’ai attendu ainsi de longues heures sans boire malgré mes demandes.

    Alors que nos médiocres gouvernants et les gross médias arrêtent de les encenser. Il y a dans les hôpitaux publics du pire comme du meilleur dès qu’on est en dehors des CHU. Le pouvoir des syndicats a participé à la destruction de l’hôpital public, en dépit des sommes pharamiseuses consacrées.

    C’est le même problème que celui de l’Education nationale. Tout ce que les hommes de l’État touchent, ils le détruisent. Comme au Vénézuéla.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.