Coronavirus et zones de non-droit : une maladie de Blancs

Le confinement décrété mardi 17 mars 2020 a été rendu d’autant difficile à mettre en œuvre que les atermoiements de l’exécutif, tant du président de la République que du gouvernement, n’ont guère aidé. Il se serait organisé plus facilement si les consignes avaient été claires. Cependant, un facteur en particulier vient rendre encore plus compliquée la […]

Paul Vermeulen

Pour poursuivre la lecture :

Je m'inscris à la newsletter de Présent
ou bien


2 commentaires sur “Coronavirus et zones de non-droit : une maladie de Blancs

  1. Il ne s’agit pas d’organiser ” plus facilement ” le confinement. Il est contre productif. Il faut tester massivement comme en Allemagne ( 500 mille par jour ) et fournir des masques à chacun comme en Thaïlande et ailleurs.

    On assiste à un génocide de fait, suite au vide dans les cervelles de nos médiocres dirigeants.

  2. Selon le syndicat. https://france-police.org/

    ” De qui se moque-t-on ?

    Les policiers et les gendarmes mènent une répression totale contre les Français qui vont faire leurs courses sans avoir imprimé leur attestation de sortie pendant que dans les 600 cités interdites de la République, nos collègues sont humiliés par la racaille qui défie en permanence les services de l’Etat. “

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.