La sidération, antichambre du flicage

Restez chez vous, demeurez confinés, écoutez religieusement Jérôme Salomon – qui, conseiller de Macron au moment de la campagne présidentielle, avait mis en garde ce dernier contre l’impréparation de notre pays en cas de crise sanitaire – asséner méthodiquement les chiffres de la progression du Covid-19 dans notre pays, et vous êtes chaque jour un peu plus gagnés par la peur, terrorisés et paniqués par cette accumulation d’images macabres et de propos alarmistes, alors que, voici deux mois à peine, ledit virus ne devait pas passer par nous, foi de Buzyn et consorts. Question bobardement, il faut dire, comme le rappelle Marine Le Pen, qu’ils sont champions toutes catégories.

La manipulation des esprits

L’émotion prend donc le pas sur la raison chez nos compatriotes terrés chez eux à l’idée qu’ils pourraient être frappés à leur tour. C’est le moment pour le pouvoir médiatique et politique de distiller alors savamment son venin et de nous mettre dans un état de sidération psychique en alignant des chiffres. Un décompte qui crée une ambiance anxiogène comme celle qui s’installa à Auschwitz-Birkenau au moment de l’épidémie de typhus. Pas de quoi réjouir le péquin moyen qui tire sur sa clope et sirote une bière en regardant la télé. Mais chaque année, la Grande Faucheuse rafle plus de dix mille personnes, mortes du virus grippal, sans la mise en place du moindre isolement et de la restriction des libertés fondamentales à laquelle nous sommes soumis depuis maintenant plus de quinze jours.

Des chiffres morbides

Cette avalanche de chiffres alarmistes trouve son origine dans les modèles prédictifs de contagions en cas d’épidémie mis au point par un épidémiologiste britannique, Neil Ferguson de l’Imperial College de Londres. Ce dernier qui a l’oreille des chefs d’Etat du monde entier, leur a vendu ses analyses qui prévoyaient la bagatelle de 500 000 morts en France et de plus de 2 millions aux Etats-Unis, faute d’un confinement de dix-huit mois. Il a tout simplement confondu le nombre de gens contaminés avec ceux qui sont testés positifs, et établi ses prévisions mathématiques sur la base des premiers chiffres venus de Chine. Parvenue sur le bureau de Macron pendant la première quinzaine de mars, son étude a été déterminante dans la décision présidentielle de mettre tout le monde sous cloche, à part bien sûr les récalcitrants des banlieues de l’islam. Et de satisfaire ainsi à « cette mondialisation qui nous rend littéralement malades et est devenue invisible et délétère pour nos santés physique, psychique et démocratique », comme le dit la philosophe Cynthia Fleury.

Corbeaux pas morts

Tout le monde se souvient du film de Clouzot Le Corbeau, tourné en 1943 et qui valut à son auteur de vivre de sales moments lorsque les communistes pratiquèrent la chasse à l’homme. Près de quatre-vingts ans plus tard, les choses n’ont guère changé quand on apprend le nombre de coups de fil reçus par les gendarmes et émanant de Français dénonçant des voisins qui mettraient trop le nez dehors et ne respecteraient donc pas les règles du cantonnement. On a même vu un Parisien, ayant choisi l’exode breton, moucharder son voisin paysan qui avait épandu du fumier dans son champ et qui a été tout surpris de recevoir une visite de la maréchaussée. Tétanisés par la peur de la contamination, de courageux anonymes enjoignent à leurs voisins, soignants ou pompiers, de décaniller vite afin de ne pas mettre la vie d’autrui en danger. Mais cela ne les empêche pas, le soir, de jouer les bisounours en applaudissant ces mêmes soignants et en tapant sur des casseroles. Attention toutefois : ces bons citoyens ne se rendent pas coupables de délation, comme naguère les correspondants de la Kommandantur, mais de dénonciation. Nuance !

Violences tous azimuts

On ne sera pas surpris d’apprendre que les violences conjugales ont augmenté de plus de 36 % en même pas deux semaines, ce qui a conduit l’ineffable Castaner à donner aux pharmaciens débordés une activité supplémentaire puisque les victimes de conjoints péteurs de plombs peuvent se confier à l’apothicaire qui contacte les flics. Les enfants ne sont pas épargnés non plus, comme ce gamin de six ans mort dans le « 9-3 » après avoir été tabassé par son père. A Toulouse, deux chiens devenus très agressifs ont été froidement abattus par leur maître alors qu’il n’arrivait pas à les séparer, isolés à trois sur un minuscule balcon. A Nîmes, dans une banlieue sous contrôle de l’islam, une mère de famille frappe des policiers venus interpeller son fils qui violait allégrement les mesures en vigueur depuis le 17 mars dernier.

De nouvelles façons de vivre

Nos compatriotes étant limités dans leurs déplacements, les commandes passées sur Internet via le système du « drive » font fureur. Vous récupérez votre commande dans un espace sécurisé après avoir payé en monnaie virtuelle. Dans les grandes surfaces, vérifiez la date de péremption de vos produits sinon vous risquez vous voir refiler un pack de bouteilles de lait périmées depuis plus d’une semaine, comme cela est récemment arrivé à des amis du Vexin français. Les caissières s’abritent derrière une protection en plexiglas, ce qui leur permet de se protéger mais aussi d’éviter les coups assénés par des clients mal embouchés. On va assister sous peu au retour de l’hygiaphone et de la demoiselle des Postes qui, calfeutrée derrière sa vitre, vous tendait les timbres après avoir ouvert son guichet.

Le flicage global est au rendez-vous depuis que, grâce aux données mobiles fournies par Orange, on a pu déterminer que 17 % des Parisiens avaient pris la poudre d’escampette (parfois pour aller voter dans leur région d’origine, comme les y incitait le gouvernement !) à la mi-mars. Le patron d’Orange Stéphane Richard a justifié leur exploitation qui doit servir au traçage des malades, sur le modèle de l’Allemagne et de la Corée du Sud. Flicage également dans la ville de Sanary où il est interdit de sortir à plus de dix mètres de chez soi et d’acheter une seule baguette de pain. Le tout sous peine d’amende.

La pub en prend un coup

Le Covid-19 vient de porter un sale coup à la pub qui vante les plages de la Réunion et les tarifs hors compétition pratiqués par Air Austral. Même chose à Nice ou à Toulouse dont les panneaux publicitaires regorgent d’événements qui ne se tiendront jamais. Quant aux événements sportifs programmés pour cet été, Roxana Maracineanu a tous les culots en affirmant que le Tour de France qui repose principalement sur la publicité pourrait se tenir… sans spectateurs le long des routes.

Salut aux Gilets jaunes

Le bloc élitiste aux commandes du pays condescend, à chacune de ses interventions télévisuelles, à se louer du dévouement de toutes celles et de tous ceux qui tiennent le pays réel à bout de bras et à inciter les Français à les applaudir de leur balcon. Macron, Philippe et les autres parlent, bien sûr, de tout ce personnel de santé qui, de la fille de salle au mandarin en passant par les infirmières et les anesthésistes, accomplit un miracle quotidien, celui de tenir avec des bouts de ficelle, puisque tout leur fait défaut. Les respirateurs, mais aussi les médicaments manquent à l’appel, sans oublier les indispensables masques ou les blouses de protection. Nos « zélites » ne doivent pas oublier non plus toutes les caissières de magasins, les vigiles, les chauffeurs de camions, bref, tous ces Gilets jaunes, de fait ou de cœur, qui font tourner le pays. Ces Gilets jaunes que, voici encore quelques semaines, Castaner et Nuñez n’hésitaient pas à faire éborgner ou à rendre manchots à coups de tirs de LBD ou de grenades envoyées par ceux-là mêmes qui doivent amèrement regretter que leur ministère ait oublié de commander pour ses propres fonctionnaires des masques de protection ou du gel hydroalcoolique, faute d’argent ou parce que Castaner avait fait exploser le budget à force d’acheter des munitions.

Plus que jamais, la coupure existe entre la secte élitiste et le bloc populaire. Celui qui, en 1914-1918, contribua, à force de travail acharné pour les uns, de sacrifice de leur vie pour les autres, à la victoire de notre pays. •

Francoise Monestier

6 commentaires sur “La sidération, antichambre du flicage

  1. Ce même Salomon qui avait déclaré en janvier 2020 que nous ne risquion rien du virus chinois
    Ses déclarations sont disponibles sur www RFI tant qu’elles ne seront pas effacées.

    Salomon gros bonimenteur.

  2. https://www.oann.com/hydroxychloroquine-proving-an-effective-treatment-for-coronavirus-patients-around-the-world/

    Et pas de conférence de presse de ce Salomon pour qu’auncun journaliste ne puisse le questionner sur son inadmissible opposition au traitement … français … par l’hydroxychloroquine. Sauf pour les cas où le mal est déjà trop avancé !!!

    Ce guignol est un criminel. Comme ceux de son conseil de scientifiques qui n’en sont pas, et les membres de L’Académie de médecine. Tous sont des criminels.

    Combien de temps encore les infectés du virus chinois seront ils privés de ce traitement reconnu et appliqué avec succès maintenant partout ailleurs : USA … Indes … Israël …

    Il faut donner la parole aux partisans de la chloroquine et relayer les réussites du traitement à l’étranger.

  3. Prendre Salomon Veran et Macron à contrepied sur les médias libres et les réseaux sociaux.

    Mettre Onfray, Zemour et d’autres dans le coup en leur fournissant des informations vérifiées d’origines mondiales, qu’ils n’ont pas le temps de rechercher mais que Présent peut réunir depuis Paris et avec ses correspondants aux Usa, Canada, Liban, …

    C’est une bataille d’enjeu national. Tous unis contre les guignols et les vendus à la big pharma française.

    Info à vérifier : les stocks des pharmaciens ( hydroxychloroquine ) auraient été réquisitionnés.

  4. Un médecin américain – un de plus – déclare que l’hydroxychloroquine MET FIN à la PANDÉMIE.
    ” Elle est un game-changer ”

    https://www.thegatewaypundit.com/2020/04/this-is-the-beginning-of-the-end-of-the-pandemic-dr-stephen-smith-announces-hydroxy-choloroquine-study-that-is-game-changer-in-battle-against-coronavirus-video/

    Pourquoi est on obligé d’aller lire des infos. aux USA pour lire ce genre de bonnes nouvelles ?
    Ne peut on pas attaquer les gross médias français pour blocages d’infos et fausses nouvelles ?
    Et les gouvernants pour laisser mourir les Français infectés ?
    Et Buzyn qui avait déclaré le médicament comme dangereux et vénéneux ? On l’a trop vite oubliée celle là et son mari vendu à la big pharma française.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.