Connexion
S'abonner

France : 67 millions de prisonniers

Ce 13 avril 2020, Emmanuel  Macron, qui s’était pourtant clairement engagé, en 2017, à ne pas multiplier les interventions, a récité, pour la quatrième fois en un mois, une allocution. Que retenir de cette diarrhée verbale de près de trente minutes ? Ce que l’on appelle le « confinement », en réalité un enfermement de la population française, va donc, par la volonté du président omniscient, se prolonger pendant un mois. L’enfermement coûte 15 milliards d’euros chaque semaine à l’économie nationale ; à cette aune, la crise de 2008 peut désormais être vue comme une aimable plaisanterie ! La situation sanitaire sera pourtant identique, le 11 mai prochain, date retenue pour la libération conditionnelle des Français, que maintenant. Pas davantage de vaccin, pas davantage de dépistages massifs, tout au plus quelques masques, mais on connaît la pantomime depuis des semaines à ce propos. Alors ? Il y a deux raisons qui motivent le choix du président Maton de prolonger l’incarcération de son peuple : comme tous les régimes dépassés par les évènements, il est indispensable de gagner du temps. Mais il faut surtout mettre au pas ce peuple de Gilets jaunes, de personnels hospitaliers revendicatifs, de salariés inquiets pour leurs retraites. De « gaulois réfractaires », comme le dit lui-même le président jupitérien.
Tout cela finira mal.

Partager cet article

Facebook Twitter Email

Articles liés

Recevez un numéro gratuit

Vous souhaitez découvrir la version papier de Présent ?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et recevez un numéro gratuit !