Plus rien ne sera jamais comme avant

Nouvelles du CLAP

Le CLAP est le club des lecteurs et amis de Présent. Il se veut trait d’union entre la rédaction de Présent et ses lecteurs.


Partons de l’idée que le déconfinement interviendra le 11 mai, comme l’a annoncé Macron. Oui partons de cette idée et restons-y, pour trois raisons au moins.

La première, c’est que les Français ont besoin d’espoir. Nous avons tous besoin de croire à la fin de ce cauchemar. Plutôt le 11 mai que rien du tout.

La seconde, c’est que le président et son entourage ont tellement navigué à vue, dans cette affaire, tellement dit tout et son contraire, qu’il leur est de plus en plus difficile (mais certes pas impossible) de prendre le risque d’une ultime pirouette qui consisterait à reporter une fois de plus la fin du confinement.

Et la troisième, c’est qu’au 11 mai, la France sera au tapis (elle l’est déjà, même si quelques-uns ne s’en rendent pas tout à fait compte). Et si nous voulons garder quelque espoir d’un redressement économique du pays, à vue humaine, la date du 11 mai est vraiment une limite absolue.

Après le 11 mai, les choses redeviendront-elles comme avant ? Certains voient, dans l’affirmation qu’il y aura un « avant » et un « après », la marque suspecte d’une macronisation des esprits, destinée à nous faire oublier les anciens clivages au profit d’un syncrétisme politique dont l’Elysée recueillerait les fruits malgré un désastreux premier demi-mandat.

Un changement de paradigme

Mais la formule « plus rien ne sera jamais comme avant » n’exprime pas forcément un souhait, une volonté. Ce n’est que le constat d’un changement de paradigme car, comme le dit Sylvain Tesson, « les prophètes de “l’après” sont des plaisantins ».

Par rapport au 16 mars, voici ce qui aura changé le 11 mai.

• Sur le plan économique, la France sera passée de puissance moyenne à petite puissance d’Europe du Sud, comparable à l’Italie ou à l’Espagne.

• Sur le plan social, toutes les grandes réformes (ou dérives) de ces quarante dernières années, mises en œuvre ou annoncées (durée du travail, retraites, « avantages acquis », etc.), seront remises en cause pour celles en place, ou repoussées aux calendes grecques pour celles prévues.

• Le télétravail concernera au moins un Français sur deux.

• Sur le plan sociétal, la numérisation généralisée (par la force des choses) restera, il n’y aura pas de retour en arrière : « drive », téléconsultations médicales, préplaintes dématérialisées, etc. Tout ceci aura commencé à rentrer au forceps dans les mœurs, au risque d’accentuer la fracture entre la France connectée et le reste du pays, entre la France urbaine et la France rurale, entre la France active et l’autre (troisième âge, handicapés, chômeurs, déclassés).

• Sur le plan judiciaire, l’énorme engorgement des tribunaux mettra des années à se résorber, d’autant plus que la crise sanitaire et le confinement vont générer une nouvelle masse de contentieux, ne serait-ce que ceux liés à la notion de « maladie professionnelle » (tribunal des affaires de sécurité sociale), de dépôt de bilan (tribunaux de commerce), de suspension et de rupture des contrats de travail (prud’hommes).

• Sur le plan sécuritaire, la libération soudaine et sans suivi de 8 000 détenus (derniers chiffres) et la désorganisation des réseaux mafieux font craindre un énorme retour de bâton, avec règlements de comptes (Marseille, Grenoble, Nantes, etc.) dans le cadre d’une redistribution des territoires à contrôler.

• Les Français vont-ils tirer les leçons des considérables faiblesses des services publics ? On pense aux défaillances graves de La Poste, mais aussi à la gestion indigne des « attestations » par certains services de police, municipale ou nationale, où l’arbitraire a parfois prévalu, on pense au « deux poids deux mesures » de la notion même de confinement.

• Sur le plan médiatique, la presse papier va connaître une hécatombe car, au cours de ces deux mois, le numérique a pris le relais du papier, compte tenu des défaillances de La Poste et du réseau de vente en kiosques. Mais rassurons tout de suite nos lecteurs : comme nous l’avons écrit plus d’une fois, Présent conservera une version papier et sera vendu en kiosques… tant qu’il y aura des kiosques.

• Tout l’effort accompli dans les années Chirac et Sarkozy en direction des PME, TPE, autoentrepreneurs (l’un des rares points à leur actif) est remis en cause, car beaucoup de ces entreprises-là seront incapables de faire face à deux mois et plus d’inactivité, et sont mal outillées pour chercher efficacement les aides publiques. La déconfiture pourrait affecter jusqu’à 30 % des TPE (très petites entreprises).

Oui, le monde d’après sera différent, sur ces plans-là au moins, du monde d’avant. Nous devons nous y préparer, et réfléchir à la France « d’après » et aussi au Présent « d’après », avec toute l’équipe du journal, et avec nos lecteurs. •

Francis Bergeron

3 commentaires sur “Plus rien ne sera jamais comme avant

  1. Dans le monde d’après, le pouvoir devra serrer les cordons de la bourse : les subventions aux associations diverses et variées, à la presse, les budgets sociaux devraient être impactés. Quant aux élus nationaux, leur train de vie sera t-il encore toléré par les français ?

  2. Tout sera pire car ces pyromanes resteront pyromanes et ne deviendront pas des sauveteurs des Francs. Immigrations, ” transition” écolo, Vincent Lambert, LBD , rien ne changera si ils ne sont pas arrêtés. Déjà LREM, les écolos et socialos, les LGBTQ demande plus de socialisme, de “transition” écologique, d’avortement, de nationalisations etc.

    Aux USA le président Trump lance la réouverture des services publics, dans un an en 3 phases ( Et surtout pas les Écoles en Phase 1 ). Et il exorte les présidents des 50 États, par tests volontaristes. Un président en action.

    https://www.breitbart.com/politics/2020/04/17/donald-trump-tweet-storm-rips-democrats-calls-to-liberate-states/

    Que font nos Régions ? N’ont elles pas été réformées pour agir plus près du peuple. Que font les députés et sénateurs patriotes … Ils ne lisent pas Présent ? Fô leur envoyer un abonnement d’essai d’un mois …

  3. petit rectificatif : dans un PLAN en 3 phases
    Et non ‘ dans un an en 3 phases ‘
    La phase 1 démarrera très rapidement …

    Mentionnons que le peuple américain a continué à travailler à 93 % à ce jour avec 2 fois moins de chômeurs qu’en France !

    L’arrêt partiel de la vie sociale est le fait de gouverneurs et de maires démocrates qui en profitent pour fermer des services publics et tenter d’obliger les habitants à rester chez eux, dans leurs états et ville.
    Des décisions prises pour détruire la Liberté et nuire à leurs opposants républicains, dont évidemment le président élu Trump.
    Cela ne prend pas : le peuple manifeste pour exiger de continuer à célébrer la messe … en voitures et en plein air bien sûr ) et des shérifs ( élus ) déclarent refuser d’obliger le peuple à être enfermé.

    Savoir ce qui se passe là bas avec notamment les articles de C Daisung et de R. Tremblay au Québec et au Canada permet de mieux voir comment les décisions de nos gouvernants sont très, très mauvaises, et combien la Liberté est assassinée en France.

    Les États-Unis ont pris un chemin diamètralement opposé à la France, depuis leur naissance qui a tout juste précédée la mort de notre régime royal. Le peuple américain est toujours protégé par ‘ la Liberté Individuelle contre l’État ‘.
    Pas de loi Pleven ni Gayssot possible constitutionnellement ( c’est le 1er amendement ), Mais l’existence d’universités chrétiennes ( interdites en France ), des églises propriétés des Chrétiens, la possibilité de l’enseignement à la maison par la famille, le droit absolu de se soigner librement, le droit de protéger sa vie et sa propriété avec une arme ( c’est le 2ème amendement voulu pour sue le peuple puisse se défense contre la tyrannie éventuelle ) etc.

    Aors que la république française a imposé des couches et des surcouches de lois liberticides, en commençant par s’attaquer à la libre pratique religieuse : en tuant les prêtres et en attaquant l’Eglise, en interdisant d’enseignement les Frères des Ecoles, en expulsant les religieux des congrégations, en interdisant la liberté de penser.

    Puis en interdisant l’autodéfense, et en créant des milliers d’interdictions comme celles de se soigner librement et d’avoir des assurances mutuelles pour rembourser les soins, et subvenir aux retraites etc. La liste des atteintes à la liberté est immense et ne cesse de s’allonger.

    Les Français vivent sous une tyrannie de style soviétique, goulag sibérien en moins.

    Je crains que beaucoup d’entre nos quelques politiciens patriotes soient attachés à ce ‘ modèle français ‘. Il faudra pourtant en sortir.

    Vite un homme d’entreprise comme Trump ou un militaire comme Bolsonaro. Avec des idées simples toutes fondées sur la Liberté Individuelle pour pratiquer sa religion, exprimer en toute liberté des opinions, créer une entreprise sans devoir reverser à l’Etat 80 % du fruit de son travail ; et surtout l’amour pour le peuple, tout le peuple.

    Oh je suis conscient que le peuple américain souffre d’atteintes à la Liberté. Il y résiste formidablement par un réseau d’organisations populaires très nombreuses et actives. Mais c’est effectivement un combat quotidien car aux États-Unis la ‘ culture de mort ‘ est née dans les universités publiques infectées de professeurs communistes. La perversion par l’enseignement y est aussi là bas l’arme des révolutionnaires communistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.