L’OMS, otage de la Chine communiste

Depuis le début de la crise du COVID-19 dont l’Organisation mondiale de la Santé a longtemps sous-estimé la gravité, à moins qu’elle n’ait voulu protéger le président chinois Xi-Jiping empêtré jusqu’au cou dans cette pandémie, Emmanuel Macron ne cesse de tresser des lauriers à Tedros Adhanom Ghebreyesus, premier Africain à diriger l’organisme mondialiste. Ainsi, le 16 avril […]

Francoise Monestier

Pour poursuivre la lecture :

Je m'inscris à la newsletter de Présent
ou bien


2 commentaires sur “L’OMS, otage de la Chine communiste

  1. Il est à craindre que l’OMS soit devenu un organe des mondialistes capitalo-communiste chinois. Tedros n’est pas un débutant innocent : il a participé aux génocides en Éthiopie, son pays, et à été élu à l’OMS par la RPC. Les deux tiers des filiales de l’ONU sont d’ailleurs aux mains de communistes pro-chinois.

    Le rôle de l’OMS a été essentiel dans le déclenchement de la pandémie : d’abord minimiser pendant des mois le danger du virus de Wuhan, comme la RPC, puis à partir de mi-mars dramatiser créer au feu et prédire un massacre pour terroriser mondialement les peuples et éventuellement les dirigeants. Macron, pantin des mondialistes, marche main dans la main avec Tedros : pas de chloroquine, mais la volonté d’imposer un futur vaccin mondial avec micropuce incorporée de Bill Gates.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.