À l’ombre de mon clocher : Brigitte Macron, la grande bradeuse

Non contente d’avoir fait de l’Elysée, selon le mot du directeur du Mobilier national Hervé Lemoine, « le premier show-room de France », Brigitte Macron, à laquelle Bernadette Chirac a refilé le bébéHôpitaux de Paris-Hôpitaux de France, une fondation privée qui lui permet – entre deux essayages chez un de ses couturiers fétiches et une descente au Touquet […]

Francoise Monestier

Pour poursuivre la lecture :


2 commentaires sur “À l’ombre de mon clocher : Brigitte Macron, la grande bradeuse

  1. Comme quand il fait cadeau de plusieurs mois de loyer aux petit commerce avec l’argent des loyers qui ne seront pas perçus par les bailleurs, Macron et sa femme font main basse. sur le mobilier national “inaliénable” à leur profit personnel puisque (on se demande pourquoi) le fruit de la vente transitera parla fondation de madame au lieu d’être directement attribué auxhôpitaux !
    Quelle générosité … avec l’argent des autres !!!

  2. les macron sont de simples locataires de l’elysée lieu entierement meublés comme tous locataires etats des lieux entrée et sortie mais jamais fait aux files des mandats certain meuble ont disparus comme hasard, est ce que le nouveau marché des puces est l’elysée ? mme macron vend pour la cause les hopitaux , elle fera mieux d’influencer jupiter pour engiguer l’hemorragie des millards semés par la caf à l etranger et egalement les fausses cartes vitales. comme mme hidalgo lutte contre la pollution des voitures en se deplacant en metro pourquoi pas en patinette?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.