« Frères de la charité » en Belgique : euthanasisme ou catholicisme, il faut choisir

Pour le Vatican, les choses sont claires : charité chrétienne et pratique de l’euthanasie à l’encontre des patients des hôpitaux psychiatriques sont deux choses incompatibles, comme cela a été réaffirmé dans la lettre datée du 30 mars et adressée par le cardinal Lui Ladaria, Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, au Supérieur général des Frères de la Charité, frère René Stockman. Par conséquent, les hôpitaux psychiatriques de la branche belge des Frères de la Charité n’ont plus le droit de se dire catholiques. Il y a trois ans, la branche belge de cet ordre envoyait à tous les responsables et médecins des établissements belges de l’ordre une lettre du conseil de direction de l’ordre en Belgique, composé majoritairement de laïcs, dans laquelle il était dit qu’il fallait désormais prendre en considération les souffrances insupportables des patients ainsi que leurs demandes d’euthanasie en l’absence de possibilité de guérison pour le patient.

Depuis Rome, frère René Stockman s’était opposé à cette décision tandis que l’épiscopat belge entretenait le doute sur sa position. C’est ainsi que Mgr Johan Bonny, évêque d’Anvers, déclarait qu’il trouvait la circulaire des frères de la Charité très équilibrée et qu’une congrégation présente dans différents pays ne peut pas avoir partout la même position sur les questions morales. Aujourd’hui encore, après qu’une copie de la lettre de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, approuvée par le pape François, eut été remise par le Nonce Apostolique au Président de la Conférence épiscopale de Belgique, les évêques belges ont diffusé le 7 mai un communiqué ambigu. Ils y évoquent « différentes sortes d’arguments et où diverses lignes de responsabilité se rencontrent » et appellent « à la poursuite d’un dialogue soutenu entre tous les acteurs concernés ».

Fondée à Gand en 1807 pour prendre soin des personnes âgées pauvres, la congrégation des Frères de la Charité a depuis essaimé dans le monde. La branche belge des Frères de la Charité gère aujourd’hui des dizaines d’écoles, des garderies et des centres orthopédagogiques, ainsi que douze centres psychiatriques. Ce sont ces hôpitaux psychiatriques qui sont visés par la décision du Vatican. L’ordre des Frères de la Charité va se retirer de ces hôpitaux et une bataille judiciaire n’est pas exclue quant à la propriété des terrains et au droit d’utiliser l’appellation de « Frères de la Charité ».

Dans sa lettre, la cardinal Ladaria évoque sept rencontres avec les responsables de l’association Provincialat des frères de la Charité ASBL en Belgique (le gérant des hôpitaux psychiatriques) qui n’ont jamais voulu affirmer un refus clair de l’euthanasie. Dans sa lettre, le préfet a rappelé que celle-ci est « une violation de la Loi de Dieu » et évoque « l’Évangile de la Vie » du saint pape Jean-Paul II, dans laquelle celui-ci parlait de « perversion » et de « fausse pitié » quand l’euthanasie est commise « par ceux qui, comme la famille, devraient assister leur proche avec patience et avec amour, ou par ceux qui, en raison de leur profession, comme les médecins, devraient précisément soigner le malade même dans les conditions de fin de vie les plus pénibles ».

Olivier Bault

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.