Presstalis en faillite, Libération « vendu » – Les quotidiens dans la tourmente

Vous êtes-vous rendu la semaine passée chez votre marchand de journaux ? Alors que le déconfinement est en marche, beaucoup d’entre eux présentaient des rayons vides : une grève a en effet gravement perturbé – pour ne pas dire empêché – la distribution. Cette grève a pour origine la situation du distributeur Presstalis (ex-NMPP), une entreprise qui […]

Francis Bergeron

Pour poursuivre la lecture :


3 commentaires sur “Presstalis en faillite, Libération « vendu » – Les quotidiens dans la tourmente

  1. Libération … le moins vendu des grands quotidiens.

    Mais les banquiers veulent surtout étouffer la presse, sinon leur délégué à l’Elysée aurait renfloué Presstalis avec les mesures de soutien. Des milliards pour Air France et pas un euro pour Presstalis…

  2. Les ouvriers du livre et de la presse sont des voleurs et des profiteurs du système. Foutez les dehors et au chômage au lieu de se faire payer chaque fois par l’état

  3. Eh oui les syndicats ont eu raison de prestalis , qui a bien profité des deniers publiques mais la CGT qui veut ruiner les entreprises françaises ( voir RENAULT) persiste dans son combat contre tout ce qui est performant . Toujours plus , toujours plus il faut continuer , la seule bonne décision serait que l’etat Ne finance plus ces faiseurs de morts et qu’ils ne vivent qu’avec les cotisations de leurs adhérents . Ça suffit !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.