Canada : le français, « non essentiel » ?

De notre correspondant au Québec. – Avec la crise du COVID-19, tout ce qui était superflu fut abandonné au profit de « l’essentiel ». Au Canada, une des premières choses à être ainsi délaissée sans état d’âme fut le bilinguisme officiel. On peut donc logiquement en conclure que pour les décideurs canadiens, le français est considéré comme […]

Remi Tremblay

Pour poursuivre la lecture :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.