Courrier des lecteurs

  • De Sylvie B.

L’article d’Anne Isabeth dans Présent du 8 mai porte un jugement accusateur sur les EHPAD en général et en particulier sur les EHPAD gérés par des groupes privés à but lucratif. Le scandale résiderait dans le fait les profits réalisés sur le dos des personnes hébergées à des tarifs très élevés et à des conditions déplorables. A titre de contre-exemple, un établissement que je connais personnellement : l’EPHAD Les Nymphéas Bleus, géré par Korian, à Vernon, dans l’Eure à 80 km de Paris, 50 mn de train de la gare Saint-Lazare. L’hébergement en chambre seule s’élève à 88 euro minimum, dont on peut déduire l’APA, l’aide sociale, les déductions fiscales, et l’APL. Les personnes hébergées ne sont pas ce qu’on pourrait appeler des riches. La cuisine est faite sur place, les repas sont bons et variés, le goûter comporte des pâtisseries faites sur place. Le personnel est très agréable, même dans la zone réservée aux personnes atteintes d’Alzheimer avancé. En outre, aucun décès dû au COVID-19. Par contre, j’ai connu à Rouen un EPHAD géré par une association sans but lucratif et parfaitement détestable. Alors ? La vie n’est pas si simple. Evitons les généralisations hâtives.


  • De Jean B.

Chers amis, le courrier de Maître Delcroix, paru dans le journal du vendredi 15 mai, m’a rappelé ce que disait Camille Desmoulins, ce révolutionnaire guillotiné avec Robespierre. Il a dit ou a écrit : « Ce sont les despotes maladroits qui se servent des baïonnettes, tout l’art de la tyrannie est de faire la même chose avec des juges. » Eh bien, nous y sommes, n’est-ce pas ?


  • De notre fidèle Pierre Dimech.

Je me réjouis du retour à son poste du périodique Le Spectacle du Monde (Présent du 18 mai), dont le souvenir des grandes années est inoubliable, notamment celui des douloureux combats dans les pays qui avaient constitué notre Indochine, livrée à l’offensive communiste. Après la blessure inguérissable de Dien-Bien-Phû, cela marqua les années 60 au fer rouge. Mais je voudrais à ce propos mentionner un nom qui mérite amplement de figurer au florilège de ceux cités dans Présent : celui de Jean Brune. Pendant deux mois, Jean Brune avait été sur place pour le compte du Spectacle du Monde et de Valeurs actuelles, et avait suivi jour après jour, non seulement les combats (Le Spectacle du Monde avait publié entre autres une impressionnante photo de Jean Brune en GI sur le pont d’envol d’un porte-avions de la Navy en opération), mais avait aussi, à sa manière de journaliste analyste politique, approfondi la situation dans toute l’Asie du Sud-Est en proie à l’agression marxiste-léniniste. La masse de ses reportages a pu être réunie en livre, en un ouvrage de 221 pages paru en 1967 sous le titre non équivoque Viet-Nam, bataille pour l’Asie, édité par la Compagnie française de librairie. On pourra retrouver quelques éléments de ce que Brune lui-même qualifiait en exergue de « Témoignage versé à un dossier » dans son dernier livre, essai vibrant de colère mais nourri de réflexion Interdit aux chiens et aux Français. La possession de cet ouvrage reste pour moi inestimable par la profondeur de ses vues et leur projection dans un futur sombre. Et je laisse le dernier mot à Jean Brune lui-même : « Le cauchemar qui se lève en Asie apporte la révélation du danger infiniment plus effrayant qui menace la Civilisation : c’est la négation de l’Intelligence et de la Culture, dans la récitation d’un Coran ramené à quelques versets élémentaires… On rase les esprits comme autrefois les murailles… Une civilisation sombre, avec ses phares éteints, et l’on efface jusqu’aux traces de son souvenir. Le danger qui menace le nouvel Empire Romain d’Occident, ce n’est pas seulement Rome occupée : c’est Socrate, Praxitèle et Ovide, et Tacite, rayés de l’héritage commun. » •

Présent

2 commentaires sur “Courrier des lecteurs

  1. Je ne comprends pas cette accusation qui m’apparait être idéologique. Les Ephad privés ne sont pas à ” but lucratif ” . Les bénéfices éventuels permettent de créer de nouveaux Ephad et rémunérer le capital investi ce qui est normal. Le scandale est plutôt de tout voir à travers des solutions étatisées : enseignement public, hôpital public …

    Le surcoût vient en fait des meilleurs services des Ephad privés : notamment plus de personnels qualifiés, par exemple une cuisine sur place et travaillant des produits frais … ce n’est pas un détail. Alors que dans les Ephad publics la restauration est le plus souvent de type scolaire, c’est à dire par liaison froide avec une cuisine centrale extérieure.

    Et des activités nécessitant des personnels très qualifiés et des espaces dédiés comme des pièces pour la gym douce, la relaxation, la musique, les travaux manuels, et un parcours sécurisé dans un jardin.

    L’autre scandale est celui des charges sociales qui sont énormes en France : 100 % sur un salaire net ! Donc plus il y a de personnel et plus celui ci est qualifié, plus les coûts de personnel sont élevés.

  2. Je veux bien croire qu’à Vernon les personnages hébergées ne sont pas riches: parce que dès que vous. possédez queqlue bien ou quelques revenus et que toutes les aides disparaissent c’est plein pot c’est-à-dire 88 x 30 = 2640 euro/mois, ce ui exclue les personnes “réputées aisées”dans la république Macron
    Le groupe korian est un redoutable expert en finance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.