Dans la famille Nimier… le père

Antoine Blondin, qui connut Roger Nimier mieux que personne (deux sales gosses, deux frangins, deux complices qu’ils étaient), écrit dans sa présentation de D’Artagnan amoureux (Gallimard, 1962) : « Roger Nimier est né en 1925, non loin des feux rassurants de la place Péreire qui contribuèrent toujours à orienter sa route. Rien n’est moins tapageur. Issu d’une famille […]

Alain Sanders

Pour poursuivre la lecture :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.